Un jeu imposé, 24 candidats, seul le gagnant survivra.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Time is Running [Peter]

Aller en bas 
AuteurMessage
Penny Ridgeaway

avatar

Poissons Buffle
Messages : 118
Localisation : D.T.P.C.

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Tribut: District Trois

MessageSujet: Time is Running [Peter]   Jeu 10 Fév - 22:50


« Dis petit, qu'est-ce que tu sais de la vie ?
- Elle est belle !
- Bah c'est des conneries. »


Rester debout au bord du précipice. Plonger son regard dans le vide qui ne cesse de devenir de plus en plus profond. Qu'est-ce que ça peut faire de s'y enfoncer ? Est-ce douloureux ? Est-ce au contraire bénéfique et agréable au point qu'on puisse se retourner et planer tout en tombant en paix ? Dans tous les cas, c'est étrange de se trouver tout au bord et d'être dans l'incapacité de se retourner. Pincement de lèvres. La peur engourdit les membres ou alors est-ce qu'on est paralysé pour la simple et bonne raison que quelque chose, une espèce d'aimant nous y attire ? Inutile de réellement se leurrer. À l'horizon, le ciel commençait à se tinter de rose, l'océan d'encre nocturne se retirant en vagues lentes et harmonieuses, avalant à chaque mètre les étoiles brillantes. Une légère brise vient envelopper le corps, le caressant comme une couverture en velours, soulevant la chevelure qui se mettait à danser autour de la tête. C'est si agréable... Même avant, ce n'était pas aussi beau. Avant, c'était les nuages gris qui masquaient le soleil et le ciel bleu, et gorgés de pluie, se déversant en torrent de larmes sur les Hommes qui malgré tout, vivaient tranquilles. Avant, c'était bien. Maintenant, c'est encore mieux. Certains aspects sont comme un long songe berceur, d'autres aussi douloureux qu'une lame qui s'enfonce petit à petit dans le cœur. On s'approche, on s'approche... Autant profiter des derniers instants. Le tout n'est même pas de s'y jeter bêtement. L'instinct de survie reste présent, et on finit toujours par s'accrocher au bord, le reste du corps pendant lamentablement dans le trou.
Et le pire, c'est que vingt-trois vont le lâcher. Seulement un réussira à remonter. Blessé.

Ses paupières s'ouvrirent sur deux iris bruns bouillants. Son matelas et ses oreillers étaient si moelleux... Ses cheveux châtains coulaient dessus, dégustant chaque instant qu'elle passait au lit. Rebecka regarda par la fenêtre, le soleil déjà levé dans un ciel encore endormi. La chambre était si spacieuse, si belle, si luxueuse... La nourriture si fine, si exquise... Si on pouvait oublier le Hunger Games qui les attendait, pour eux c'était le paradis sur Terre. Ils étaient bercés par la douceur de la nuit vivante, mielleuse et protectrice du Capitole. Pourtant, cela ne faisait qu'une nuit qu'elle y était, mais elle s'y sentait si bien. Tiens... Bercés par les délicates notes d'une berceuse de celle qu'on chante aux enfants pour qu'ils s'endorment, parce qu'elles étaient toujours terriblement douces. Celle qu'on leur imposait n'échappait pas à la règle, elle était si belle... Est-ce ce genre de musique que l'on entend alors qu'on est au bord du gouffre ? Si oui, Rebecka aurait vraiment aimé laisser ses longues années au district derrière rien que pour en profiter en l'écoutant. Ses paupières s'étaient de nouveau closes, laissant seulement sa poitrine se soulever et se rabaisser au rythme de sa respiration. Un sourire fendit ses lèvres en deux. Le Capitole était vraiment futée on dirait. La mélodie qu'il répandait faisait frémir chaque membre du corps des tributs, c'était plus simple pour tomber. Plus difficile pour s'accrocher.

Le public voulait du sang. C'était plus complexe pour les adolescents de ne pas se faire éclabousser par ces hémoglobines qui leur brouillait la vue, histoire qu'ils restent concentrés sur ce chant pendant leur séjour. La seule coupure à laquelle ils avaient droit étaient celles des moments où ils s'entraînaient. Le Capitole s'amusait à endormir les jeunes, parce que malgré l'enthousiasme qui approchait avant que les Jeux ne commencent, les tributs étaient malheureusement dans une situation délicate. Comment se décider à tuer quelqu'un qui n'est là à cause de sa malchance ? Rebecka glissa une main par dessus la soyeuse couverture, se frottant les yeux. Les tenus extravagantes de leur styliste, les foules en délire, on se croirait vraiment dans un songe dont on était la star. Pour peu de temps. Dans quelques jours à peine, ils seraient tous dans l'arène des Jeux, s'entre-tuant pour espérer rentrer un jour chez eux. Ce que la jeune fille appréhendait réellement, c'était le début : le bain de sang. Et puis, excepté Peter, elle ne connaissait personne, et elle hésitait à faire équipe avec lui, ce serait plus difficile pour tuer après. Quelle délicieuse berceuse... Dommage qu'il faille l'interrompre pour rappeler la gravité des mensonges qu'elle répandait.

Rebecka jeta un dernier coup d'œil à la fenêtre avant que son corps engourdi par la nuit ne veuille lui obéir. S'étirant comme un chat, elle sortit de sous ses couvertures, se dirigeant vers la salle de bain histoire de prendre une douche rapide, s'habiller et descendre pour le petit-déjeuner. Jamais elle n'avait vu des tables alignés si garnies de tout ce qu'on voulait et ne voulait pas. La veille on leur avait dit qu'il suivrait des entraînements aujourd'hui, dans le but d'apprendre deux trois trucs qui pourraient s'avérer utile dans l'arène. Tout en dégustant ses petits pains, Rebecka réfléchit un instant en quel point la journée pourrait être instructive. Il lui fallait une technique, un plan, quelque chose. Elle ne comptait pas rester les bras croisés jusqu'à la fin de son séjour au Capitole pour se réveiller à l'extrême fin. Non, il fallait quelque chose qui l'aiderait. Leur mentor ne semblait pas très apte à leur expliquer la situation. On aurait dit qu'elle voyait tout le temps un fantôme, toujours sur ses gardes. Son teint était blafard, ses iris bleus délavés, ses cheveux négligés et on pouvait se demander si elle avait réellement gagnée les Jeux où si elle était le sosie du réel vainqueur. Depuis que Rebecka la connaissait (donc deux jours à peine), le seul conseil qu'elle avait pu leur donner était : « Méfiez-vous. Gardez votre énergie pour survivre. ». Super. Comme si ils allaient se laisser crever... La jeune fille déglutit à cette pensée. En fait, il lui fallait une astuce pour survivre. D'un côté, leur mentor n'avait pas tort, donner à ses protégés un mode d'emploi les conduirait certainement à la mort plus rapidement que prévu. Ce qu'elle disait méritait d'être approfondie. Rebecka termina son petit-déjeuner puis se dirigea vers la Salle d'Entraînement.

En poussant la porte, son regard vif balaya cette salle. Elle n'avait rien d'exceptionnel, une salle de gymnase plutôt grande ainsi que des ateliers à chaque recoins avec des animateurs et des tributs qui s'exerçaient. Le contraste entre les carrières musclés et les frêles participants de districts pauvres l'amusa. Ceux masculins bandaient leurs muscles, qui eux, étaient on ne peut plus visible sous leur peau satinée. Rebecka fit quelques pas, l'air arrogant. En réalité, les carrières lui foutaient les jetons. C'était injuste de participer à ces Jeux avec de tels avantages, même si ils ne gagnaient pas à chaque fois. Mais des Hunger Games sans carrières n'étaient pas de vrais Hunger Games, disait-on. Facile à dire quand on en était pas un et qu'on participait à cette saloperie « d'événement sportif annuel », comme disait le président. Le regard de Rebecka finit par se poser sur un type aux cheveux bruns coupés courts, grand, des yeux aux iris d'émeraude dénués de tout sentiments, presque glaciales qui attendait devant l'atelier Lancée. La jeune fille s'approcha de lui à pas feutrés, elle savait qui il était : Peter Stark. Évidemment, ils étaient du même district. Un frisson se mit à courir le long de son échine. Elle n'aimait pas du tout cette ambiance tendue où flottait une certaine animosité. Son coéquipier n'avait pas l'air gêné. Rebecka s'approcha un peu plus. Peut-être que Peter pourra se montrer collaboratif.

- Hey, Peter. 

Elle jeta un coup d'œil par-dessus son épaule, histoire de savoir si on les écoutait ou pas. Geste assez prétentieux car qui pouvait bien s'intéresser à eux ?

- On sait tous les deux qu'on est trop solitaires et fiers pour faire équipe. Mais là, on est aux Hunger Games. 


Si Rebecka ne le connaissait pas, c'est qu'il était discret, comme elle. Elle ne voulait pas se mêler, elle avait horreur de ça.
Mais cette fois-ci, sa vie étant en jeu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Stark

avatar

Masculin Taureau Coq
Messages : 383

Feuille de personnage
Âge: 17
Tribut: District Trois

MessageSujet: Re: Time is Running [Peter]   Mar 15 Fév - 20:45

    Peter se tenait dans la salle d'entrainement, dans un coin un peu plus reculé par rapport aux restes des participants, il se trouvait ainsi dans un stand auquel il n'avait strictement rien a faire. Le maniement des masses longues... En gros un long bâton avec un poids au bout... Parfait pour la force du jeune homme. Totalement inadapté pour tout ce qui relevait de son développement musculaire aussi, maniant l'arme avec agilité, il ne semblait pas mal a l'aise. Ses muscles compensant le peut d'attrait que lui procurait la technique. Il serait, en effet, bien allez étudier les lames en titane du capitole, mais ce n'était pas le moment de grillé ses atouts. Peter avait fait en sorte de ne pas avoir de note extraordinaire. Bah oui, pile dans la moitié, voilà de quoi le laisser tranquille. Dans l'histoire, il ne comptait pas passer a l'affrontement direct, on s'allie avec deux ou trois personnes et, on fait en sorte de survivre. Peter avait ainsi prévu de passer le bain de sang, de survivre, et d'attendre qu'il n'ait plus qu'a trucider des carrières affamés et/ou blessé. Bah ouais. Pas d'affrontement direct quand les forces ne sont pas comparables. Quand le numéraire n'est pas en vôtre avantage, pensez à utiliser vos compétences les plus efficaces. Comme le disait Tolstoï, il existe un « art de la guerre » et quand on pense que plus tard, on dirait que la meilleur défense, c'est l'attaque...
    Le jeune homme avait eu accès aux technologies les plus avancés qu'on pouvait trouvé dans le district trois, aussi, c'est en ayant des écouteurs sur les oreilles qu'il s'entrainait. Sa tenue avait était pensé pour. Un pantalon de jogging d'une toile grise et près du corps, pour tout haut, il n'avait que sa peau nu. Technique basique mais quand même pas idiote non ?
    Non, non, Peter ne faisait pas du gringues aux autres membres présent, cependant, montrer un corps en bonne santé et avec une musculature présente pourrait lui permettre d'être, au pire bien vu, au mieux, compris dans une alliance. C'est donc en maniant avec plus ou moins de réussite la masse qu'il se trouvait dans l'attente des jours passants.
    Le jeune homme écoutait toujours un mélange de bruit numérique et de brouhaha incessant, subtil souvenir des année Pré-Panem. Quand on avait passé sont temps a lire toutes les œuvres qui avaient étaient numérisé ainsi que tout ce qui lui tombait sous la main, le tribut du district trois avait développer une certaine appréhension de ce qui l'entourait.
    Mouvant d'un pied a l'autre avec la masse qui lui faisait bander les muscles des deux bras, il s'entrainait plus a faire valdinguer un adversaire qu'autre chose.
    Après plusieurs long instant a faire cela, il lâcha la masse en direction d'un mur amortisseur. Crispant ses jambes tout en pivotant son bassin. Il gardait ainsi sa position, son équilibre, tout en conservant la vélocité fournie par la masse. Ainsi, dans un vrai combat, il aurait pus donnait un coup de poing assez puissant dans une partie pas très dure, et donc sensible...
    Le jeune homme vit arriver la jeune Rebecka, de deux ans sa cadette. Dans ce jeu il avait l'impression d'être le seul a avoir passé la puberté. La majorité était en plein dedans, même s'il fallait le reconnaître, la vie a la dure avait tendance a vieillir plus vite.
    Pas Rebecka, jeune, frêle Rebecka. Combien de temps avant qu'elle se fasse assassiner par la main du capitole ? Les tributs ? Le jeune homme ne semblait pas vraiment inquiet sur son propre sort. Il avait déjà eu le temps de vieillir, comparativement aux autres c'était déjà un avantage. Pete jouait sur son agilité, son jeu de jambe, et une maitrise des lames. On pouvait dire qu'il aurait pu tomber plus mal... Son cousin, aussi privilégié que lui, mais qui ne faisait jamais rien de sportif.. Un maigrichon qui se serait fait bouffé en 1jours...

    -Bonjour Becky...

    Beckbeck devait avoir dans les 14, 15ans, grand maximum 16. Toute fine mais quand même franchement directive ainsi, en entendant le discours de la jeune femme, il ne put s'empêcher de sourire. On ne pouvait pas dire qu'elle avait tort. Effectivement non ? Dans l'histoire ça risquait pourtant de les pénaliser. Et les sponsors dans l'histoire ? Leurs districts ne connaissant que le nom de Peter...

    -Ouais pas faut, tu veux la jouer directe ? Toi et moi dans l'arène, on s'entraide on se protège, moi les muscles toi... toi. Et qui vivra verra. Ça me paraît le plus simple. Je compte bien vendre cher ma peau, si ce n'est gagné. Et j'écraserais jusqu'aux carrières...

    Yeux peut-être un peu trop dément sur la fin de la phrase ? Enfin bref. Peter n'en était pas à ça prêt. De toute façon avec qui d'autre aurait-elle pu s'allier ? Dans le début des HG, tout n'était qu'alliance. Peter le savait, étant suffisamment intelligent pour faire passer sa survie avant tout autre chose.

    -Mais au fait... Pour en revenir a ce que je disait... Si je sert de force brute, faut que t'assure derrière, tu va me servir à quoi ?

    Le ton n'était absolument pas moqueur. Il fallait bien qu'il sache dans quoi il s'engageait. Après tout. Leurs vies étaient en jeu. Il n'avait pas envie de finir en steak tartare pour montagne de muscle du district 1.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Ridgeaway

avatar

Poissons Buffle
Messages : 118
Localisation : D.T.P.C.

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Tribut: District Trois

MessageSujet: Re: Time is Running [Peter]   Mer 16 Fév - 23:47

« Bonjour Becky... »

Ses iris d'émeraude étaient désormais plus visibles, leur couleur étant à mi-chemin entre le bleu de l'océan et la verdure des forêts de conifères. Il semblait plus âgé qu'elle de deux ou trois, peut-être était-ce l'une de ces dernières années où il avait l'occasion d'avoir le malheur d'être choisi pour la Moisson. Enfin malheur... Cela reste subjectif, si on pense au fait qu'à partir du moment où l'on est pas volontaire pour jouer, c'est qu'on n'en avait pas envie. Pour les tas de muscles qu'étaient les carrières c'était éventuellement volontaire mais les autres... D'après les bruits qui filaient plus rapidement que des fourmis en danger au Capitole - c'est dingue la vitesse avec laquelle les informations circulent -, les tributs masculins du district Un et Deux avaient été volontaires pour participer. Quelle importance, du moment qu'ils avaient une once de confiance en eux grâce à leur statut de « carrière ». Quant à Peter et Rebecka, ils ont été envoyés ici par obligation, et maintenant, soit ils s'alliaient histoire de ne pas mourir dès le premier jour, soit ils partaient chacun de leur côté. La jeune fille n'avait guère envie de se mêler aux autres. De toute façon, ça ne durerait pas éternellement. Juste quelques temps, au début du jeu. Échapper au bain de sang que provoquait la première voire deuxième heure du jeu pouvait tuer déjà plus de dix tributs était déjà une étape de franchit. Pour la suite... Aller de l'avant.

« Ouais pas faux, tu veux la jouer directe ? Toi et moi dans l'arène, on s'entraide on se protège, moi les muscles toi... toi. Et qui vivra verra. Ça me paraît le plus simple. Je compte bien vendre cher ma peau, si ce n'est gagné. Et j'écraserai jusqu'aux carrières... »

Hm... En gros, c'était à ça que Rebecka pensait. Avant de jouer plus sérieusement, la jeune fille envisageait effectivement de s'allier avec le garçon de son district, histoire de partir sur d'assez bonnes bases. Mais... Elle préférerait laisser quelqu'un d'autre s'occuper de Peter, si il devait mourir avant elle. Sa tirade s'était tout d'abord élevé, sa voix s'accentuant, avant que ses notes se terminent petit à petit, se mourant. Comme si d'un coup, il venait de sauter sur un carrière, bandant ses muscles mais ne réussissant à faire le poids contre lui, se laissait faire tandis que la flamme d'espoir de survie contre son adversaire s'éteignait. Le regard brun de Rebecka se jeta sur le tribut masculin du district Un, puis Deux, puis Quatre. Puis sur son partenaire. Peter n'était ni petit ni maigrichon, mais il ne possédait pas leur massive carrure. Mais il suffisait. La force physique était principalement un avantage au corps-à-corps, cependant pour tout ce qui était lancée, exceptée la puissance qu'ils mettaient dans leurs bras, ils étaient tous à égalité. Peter voyait-il grand ? Bah, on dit que l'espoir fait vivre.

« Mais au fait... Pour en revenir a ce que je disais... Si je sers de force brute, faut que t'assures derrière, tu vas me servir à quoi ? »

Rebecka repensa aux tributs qu'elle venait d'observer, baissant légèrement la tête pour se rendre compte à quel point elle paraissait frêle. Elle pouvait se mettre avec lui, mais elle ne servait pas à grand-chose niveau combat. Sa gorge gracile semblait appeler une flèche d'un ennemi, combien de temps encore avant que le vent ne lui souffle une arme en plein cœur ? Mais avait-elle la certitude que son allié voulait se battre jusqu'à que tout le monde meurt ?Bon, c'est vrai, là était le but du jeu - si on pouvait appeler ça comme ça - mais si il cherchait vraiment la bagarre, Rebecka n'allait pas rester très longtemps pour la simple et bonne raison qu'elle est lâche. Évidemment, étant humaine et ayant un certain instinct de survie dû à sa condition, si l'occasion devait se présenter, elle n'avait pas le droit au doute si elle tenait à sa peau. Mais peut-être que ce que Peter voulait dire était un peu plus caché que ça. Peut-être voulait-il se débarrasser des carrières pour que les plus faibles aient une chance, aussi infime soit-elle. Et toi Rebecka, tu te contenteras de regarder le carnage ? Finit les Hunger Games à la télé. Cette fois, on a le droit à la version 3D beaucoup plus réelle.

Rebecka fit jouer ses poignets, histoire de les étirer un peu et aussi pour éviter qu'ils ne se rouillent avant le début de la partie. C'est vrai, niveau force physique, elle était zéro. Mais peut-être que d'autres atouts pourraient l'avantager. Elle savait courir vite, elle était une très bonne escrimeuse alors la force... On s'en fout. La vraie technique, c'est d'utiliser des trucs qu'on sait faire. En les améliorant peut-être. Rien de nouveau ne s'apprenait ici, parce que ça n'allait pas être à deux jours des Hunger Games qu'elle comptait se donner à fond pour emmagasiner un maximum d'atouts. Inutiles. Revoir seulement, là était le plus important. On pêche deux trois trucs à droite à gauche... Si on voyait les choses de cet angle là, la jeune tribut pouvait s'avérer plus utile que prévu. Eux ils ont les muscles, nous on a le cerveau. Après tout, il y avait bien des anciens tributs du district Trois qui avaient réussi à gagner, parce que parfois la technique qui servait jour après jour à l'Homme, pouvait se retourner contre lui.

- Oui, c'est en gros à ce que je pensais. On verra pour la suite.


Un léger sourire vint s'installer aux commissures de ses lèvres.

- Je surveillerai tes arrières. Je saurais pas trop te dire comment, tout dépend des armes qu'on réussira à choper.


Un petit frisson se mit à courir le long de son échine. Le début des Hunger Games était toujours de un un moment assez décisif et fatale. Certains y restaient, reposant sur leur propre tapis de sang, d'autres partaient satisfaits, et la dernière catégorie, les tributs qui étaient trop effrayés pour tester la baignade. En fait, c'était une chose tout aussi fatale que bénéfique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Stark

avatar

Masculin Taureau Coq
Messages : 383

Feuille de personnage
Âge: 17
Tribut: District Trois

MessageSujet: Re: Time is Running [Peter]   Jeu 17 Fév - 18:19

    Détaillant la jeune femme avec un regard froid et scientifique, le jeune tribut du district Trois évaluait leurs chances en commun. Pas bien forte mais il valait toujours mieux qu'ils soit ensemble que séparé.
    Les deux jeunes gens avaient en effet, bien peu de chance face aux carrières, mais il ne fallait cependant pas partir perdant. Après tout, bien des fois avait-on vu des carrières ce faire laminer comme des insectes et des tributs promis à la mort, être porter aux nues. Cependant, Peter savait que leurs chances allait êtres décider au bain de sang. Avec un peu de chance ce serait une boucherie qui ne les concernerait pas. Perdre le plus de participant possible pouvait permettre d'augmenter leurs chances.
    Appliquant des calculs on ne peut plus simple qui consistait a déduire que leurs chances augmenter en diminuant le nombre de tribut. Les carrières valant pour 3 points, les doués pour 2 points et les rachitiques des districts pauvres pour 1 points. Ensuite, il suffisait de faire 4, les points de Peter et Becka, et de le mettre en pourcentage. Faites vos jeu messieurs dames !
    Le jeune homme écouta ensuite les réponses de la fillette. Il ne lui dépréciait pas sa valeur. Le regard du jeune homme passant ainsi d'elle aux carrières, elle faisait vraiment gamine frêle...
    Heureusement pour son moral, qu'il essayait de garder, si ce n'est heureux, au moins neutre, Peter l'avait déjà regardé, pour dire vrai, il l'avait plus ou moins espionner. Elle avait un sacré talent pour les lames longues... Et lui les lames courtes. On aurait pu dire qu'ils étaient prédestiné a bosser ensemble.
    Vous les imaginez, dans une forêt, dos à dos, lui tenant ses lames prêt à jaillir, elle faisant danser sa lame contre les adversaires imaginaires...
    Peter eut donc un sourire quand elle lui dit que l'accord était bouclé. Ils étaient bien partit pour n'avoir qu'un seul et unique allié dans cette histoire. Autant en choisir un avec lequel on est raccord aussi, c'est avec un ton un peu plus sympathique et proche qu'il prit la parole :

    -Donc, récapitulons... Niveau matos on va avoir besoin de Couteau divers, d'une jolie rapière pour toi, et d'un matériel de survie de base... Bon bien sur il faudra adapter au terrain mais on ne devrait pas être trop alourdi... En espérant trouver ce que l'on veut hein...

    Le jeune homme eut un sourire plus franc pour Rebecka bien que ses yeux était toujours aussi froid. On ne peut pas dire que l'implication émotionnelle l'étouffait. Peter semblait assez ce demander ou ils allaient tomber. Pour être franc il espérait un terrain boisé ou un truc du genre. Ce serait le plus facile. Heureusement il avait la chance d'être aptes a tous les terrains, même aquatiques, ors dans les jeux précèdent, on avait déjà vu des tribut ce noyer pour n'avoir jamais appris a nager. Chose qui ne touchait pas Peter.

    -Pour le Bain de sang, on devra se baser sur notre vitesse effective. Le plus simple soit qu'on se rue sur le centre, qu'on choppe se qu'on peut et qu'on voit, pouvant s'avérer utile. On a intérêt a faire fonctionner notre cerveau aussi vite que les technologies qu'on produit... Les premières minutes seront décisives, tu le sait aussi bien que moi. C'est ce qui décidera de l'augmentation de nos chances de survie.

    Calculer, interpréter, déduire, passer au calcul suivant. Le jeune homme était du genre froid, méthodique, et réfléchi. Tout le contraire des carrières, près a mourir, pour l'honneur. L'honneur ! L'honneur a fait des millions de mort mais n'a jamais sauvé personne ! S'asseyant sur un banc, il posa l'espèce de lance bizarre qu'il n'utiliserait sans doute plus jamais. Attrapant sa bouteille, il but une longue gorgée d'eau. Ça aussi c'était un point clé... Survivre dans les déserts, dans les froids arctiques et ainsi de suite... On pouvait dire qu'aux Hunger Games on parvenait à ce posait plus de question qu'on n'en résolvait... Mais bon. Tout allait bientôt commencer. Et la se serait vraiment la guerre. Ils n'auraient sans doute aucun mal a tuer les tributs inconnus. Dans l'histoire on pouvait déduire que les deux du trois étaient de sacré psychopathes avec un instinct de survie bien structuré, et cela impliquait pas d'attaches émotionnelles. Mais il fallait qu'ils réussissent à galvaniser les foules et au moins le district trois. Les sponsors relevait a ce stade d'allié. On pouvait ainsi espérer qu'ils envoient des choses utiles. La popularité allait être de mise :

    -Écoute, a un stade on devra bien faire face aux survivants... Et j'aurais sans doute pas spécialement envie de te tuer à ce stade là, aussi, je pense que quand il ne restera plus que 5 concurrent, si on est vivant à ce stade, on se séparera OK... ça évitera le bordel émotionnel et ça augmente nos chances.

    Les chances, encore et toujours, aussi, le jeune homme regarda droit dans les yeux la fille du district 3, il avait du la croisée quelque part non ? Voilà maintenant qu'ils devaient essayer de survivre ensemble. Si leurs rôles étaient défini, il y aurait sans doute moins de problèmes par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Penny Ridgeaway

avatar

Poissons Buffle
Messages : 118
Localisation : D.T.P.C.

Feuille de personnage
Âge: 15 ans
Tribut: District Trois

MessageSujet: Re: Time is Running [Peter]   Jeu 17 Fév - 23:02

« Donc, récapitulons... Niveau matos on va avoir besoin de Couteau divers, d'une jolie rapière pour toi, et d'un matériel de survie de base... Bon bien sur il faudra adapter au terrain mais on ne devrait pas être trop alourdi... En espérant trouver ce que l'on veut hein... »

Rebecka afficha des yeux plus rieurs qu'avant. La jeune fille ne pouvait pas regretter le fait que Peter soit le tribut du district Trois et son coéquipier pour quelques temps, il était prévoyant. Étant du district high-tech, ceux qui habitaient ce district étaient pour la plus grande majorité de vrais scientifiques. Or lui, il était le cliché parfait d'un scientifique. Ses iris verts détaillaient, analysaient avec une rapidité hors du commun, mais ils restaient dénués de tout sentiment. Mais ce qui amusa vraiment Rebecka, ce fut la façon dont il passait d'elle aux carrières. D'après ce qu'elle pensait, ils étaient du même avis : tous deux étaient frêles par rapport à ces tas de muscles entraînés. Leur chance de s'en sortir seul était faible, et sincèrement, avoir un allié tel que lui l'arrangeait énormément. De plus, il venait d'affirmer que lorsqu'il serait à la Corne d'Abondance, ils auraient tout d'abord besoin de couteaux pour lui et d'une rapière pour elle... Ainsi donc, Peter l'avait observé... Ils partaient dans le même sens, parfois la chance faisait des merveilles. Lui se chargerait du lancer de couteaux et peut-être le corps à corps, et avec sa lame longue, Rebecka n'avait plus qu'à surveiller ses arrières. C'était parfait. Plus que parfait. Ils étaient tous deux sur la même longueur d'ondes et prêts à la collaboration. Ses lèvres se fendirent en deux en un sourire plus franc que le sien, elle se contentait de sourire avec ses yeux... Les siens étaient-ils donc toujours aussi froids ?

« Pour le Bain de sang, on devra se baser sur notre vitesse effective. Le plus simple soit qu'on se rue sur le centre, qu'on choppe se qu'on peut et qu'on voit, pouvant s'avérer utile. On a intérêt a faire fonctionner notre cerveau aussi vite que les technologies qu'on produit... Les premières minutes seront décisives, tu le sait aussi bien que moi. C'est ce qui décidera de l'augmentation de nos chances de survie. »

Les premières minutes... Le bain de sang... Le début des Hunger Games. Le jeune homme avait plus que raison, et ça elle le savait aussi, que tout se jouait à cet instant. C'est à ce moment-là précisément qu'ils chopperont le plus de choses utiles et possibles pour survivre. La seule chose qui l'inquiétait un peu, c'était d'éviter d'embarquer trop de choses, histoire que leur charge ne soit trop lourde. Rebecka était encore une gamine naïve mais réfléchie, mais elle n'avait jamais pensé à quel point la stratégie à mettre au point avant de se lancer dans l'arène pouvait s'avérer complexe. Ses yeux innocents se portèrent de nouveau sur un carrière : avaient-ils eux aussi des stratégies, ou alors comptaient-ils uniquement sur leur force physique par rapport aux autres tributs pour gagner ? La plupart du temps, d'après les précédents jeux qu'elle avait pu voir, ils s'alliaient ensemble pour débarrasser l'arène des plus faibles. Autrement dit, si cela devait se passer cette année, Peter et Rebecka feraient sûrement partit de ces victimes... Et si tel était leur but, ils avaient un certain avantage : une finesse de technique. Non, pas cette année, ça ne sera sûrement pas comme ça. Mais le plus dure était encore à venir : quel genre de sponsors pourrait s'attacher à deux tributs comme eux ? Cette question risquait de garder son point d'interrogation encore un moment...

« Écoute, a un stade on devra bien faire face aux survivants... Et j'aurais sans doute pas spécialement envie de te tuer à ce stade là, aussi, je pense que quand il ne restera plus que 5 concurrent, si on est vivant à ce stade, on se séparera OK... ça évitera le bordel émotionnel et ça augmente nos chances. »

Les dents de Rebecka se mirent à mordiller sa lèvre inférieur. Elle savait très bien que viendra un moment où leurs chemins se sépareront et que à partir de cet instant, ce sera chacun pour soit. Ils n'étaient pas faits pour s'attacher à quelqu'un, c'est une simple collaboration histoire de survivre un peu en s'aidant mutuellement, mais cela ne va pas plus loin. De toute façon, ce sera bénéfique pour tous deux. Leur attitude calme et posé, sans aucune émotion dans leur voix, très utile pour le jeu, mais pas pour avoir des sponsors. En réalité, la jeune fille comptait sur eux pour la nourriture car si ils ne trouvaient rien dans le paquetage de survie qu'ils allaient embarquer, c'était presque foutu. L'eau n'était pas un soucis, mais la nourriture si. Et ce n'est certainement pas à cause de ça qu'elle souhaitait mourir. Sans vivres, cela risque d'être difficile. Peut-être qu'en essayant de tuer des animaux grâce à leur technique de combat... Non. Rebecka ne s'en souciait pas encore énormément car personne ne savait encore où les Juges avaient décidé de les envoyer cette année. Où ? Dans une forêt ? Dans un désert chaud, en Arctique ? Sur une île ? Elle espérait la forêt. Cela faciliterait les choses, mais ce n'est pas dans le style des Juges. Mine de rien, cette question d'alimentation restait un certain problème.

- Effectivement, espérons qu'il y aura ce que nous voudrons, histoire qu'on essaie de mettre toutes les chances de notre côté jusqu'à qu'il n'en reste que cinq. Cinq ça me paraît correct. Peut-être six, histoire qu'on ait pas à s'entre-tuer à la fin.

Rebecka passa une main légèrement tremblante dans ses cheveux châtains.

- Le terrain ne devrait pas nous poser trop de soucis. Mais si notre temps de réaction est aussi rapide, on aura peut-être le temps de se jeter dessus, de prendre ce qu'on veut sans avoir à se battre. Le mieux est de laisser les plus lents se taper leur bain de sang seul.

Ses paroles pouvaient se montrer blessantes, méchantes, égoïstes envers les autres, mais à quoi bon jouer la comédie alors qu'elle savait très bien que c'est ainsi qu'elle réagira. Son instinct de survie est trop élevé pour se préoccuper des autres... Excepté Peter avec lequel elle avait conclu un accord. Bon, maintenant la question délicate...

- Faudrait essayer de prendre des sacs avec de la bouffe dedans... Des trucs utiles, en chopper beaucoup. On verra les armes à nos dispositions, mais en gros on sait ce qu'on veut. Bref, je sais pas toi mais moi je sais pas chasser. Ce serait bête de crever ou de s'affaiblir comme ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peter Stark

avatar

Masculin Taureau Coq
Messages : 383

Feuille de personnage
Âge: 17
Tribut: District Trois

MessageSujet: Re: Time is Running [Peter]   Dim 20 Fév - 13:13

    Peter avait de plus en plus de sympathie pour la jeune fille... Qui sait, s'il jouait la carte « Grand-frère / Petite-Soeur » ils attireraient l'attention des juges ? Mais maintenant, eux même ce connaissait. Pete avait reconnu en Rebecka le regard trop intelligent pour être honnête qu'il adoptait lui même.
    Pour le moment il devait donc lui faire confiance. S'ils respectaient les accords qu'ils avaient passé, leurs chances augmenteraient. Dans l'arène tout ne serait qu'affaire de chance et de probabilité. Il semblait bien a Pete que Rebecka en était consciente...Et après tout, pourquoi pas ? Ils étaient tous les deux intelligent, adroit et bien portant... C'était deja un avantage quand on voyait les maigrichon rachitique des autres districts... Eux n'avaient pas vraiment de chance...
    Le jeune homme écouta donc attentivement les reponses de la jeune femme. Au moins ils semblaient être d'accord. Pour Peter, ils n'avaient aucune raison de ce poignarder dans le dos... Pas tout de suite semblait-il, pourquoi s'echiner a être un tribut solitaire alors que l'on pouvait travailler ensemble pendant un temps ?

    -Pour ce qui est du terrain, on est d'accord, mettons notre vitesse à usage... ça risque d'être marrant...

    Marrant... C'est bizarre mais ce n'est pas forcement le mot qui vous viens naturellement quand vous parlez de la fin possible et plausible de votre existence... Enfin bref. Au moins, ils savaient comment fonctionner. Même si la technique du « je me rue sur la corne » allait sans doute être employé par bien d'autre tribut.

    -La bouffe... Pas faux. Esperons qu'on trouve ce qu'il nous faut alors...

    Peter n'avait pas pris la peine de repondre à la phrase de la jeune fille... Evidemment, plus les tributs seraient nombreux a mourir au bain de sang, mieux ils se porteraient. Et encore, dans l'histoire, Pete ne prenait pas la peine de relever. Pour quoi faire ? Il pensait exactement pareil.
    Plus il y aurait de mort. Plus se serait facile.
    Attrapant des bandes qui trainaient près du stand, sans doute pour ne pas s'ecorcher les mains, le jeune homme approcha un sac de frappe.
    Donnant ainsi un coup qu'il voulait aussi fort que possible, il fit craquer ses jointures avant d'enfiler un debardeur blanc :

    -Bon... On me semble au point. Maintenant, on n'a plus qu'a manger sainement, bien dormir... Et evidemment, survivre autant que possible... Partenaire !

    Peter eut un sourire vraiment franc, avec des yeux rieurs. Tant qu'a mourir demain, autant avoir eu la chance de faire une bonne connaissance non ?
    Le jeune homme serra donc la main de la jeune fille avant de s'assoir pour boire a grande gorgée dans la bouteille qui se trouvait non loin d'un banc.
    On pouvait en conclure que la conversation était fini. Maintenant, on approchait de la date fatidique... C'était pas le moment de craquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Time is Running [Peter]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Time is Running [Peter]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Our time is running out [ Silk ].
» IV, 2. Time is running out (D1, Bloom, Sappho, Tywin)
» *Time is running out* {Ezreal&Irélia}
» Time is running out [Pv Ultear]
» Who is running Haiti for whom?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games :: Centre d'entrainement :: Salle d'entrainement-
Sauter vers: