Un jeu imposé, 24 candidats, seul le gagnant survivra.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]

Aller en bas 
AuteurMessage
Soo Young Lim

avatar

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

MessageSujet: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Mar 24 Mai - 15:52

Bon, mais qu'est ce qu'il fout ?
L'heure tournait, et l'horloge semblait être de plus en plus lente et sonore. Notre jeune fille faisait des allers retours dans la salle à manger commune, en se demandant si ce cher Hoarang arriverait bientôt.

Pour la petite histoire, Soo avait fait une rencontre sur le toit. Ladite rencontre se nommait Hoarang, avait un an de plus que la jeune fille et faisait le double de sa taille et de son poids, en muscles. Il avait l'air déprimé, et notre Soo nationale avait donc décidé de l'aider.

Revenons-en au présent. La bougresse tournait toujours dans la pièce sans autre occupation que de se demander où était passé le garçon du Douze. N'y tenant plus, elle monta à son étage. Là-bas, elle troqua sa tenue faite par ses stylistes pour un truc plus simple et se résolut à aller voir son styliste attitré. Bizarre d'avoir choisi un truc tout simple pour aller le voir, mais tous deux la préféraient décontractée.

Elle remarqua par les fenêtres que, pour changer, il s'était mis à pleuvoir. La grosse averse hein, pas le petit crachat de rien du tout. Elle se prit donc une saucée par la face en traversant trente seconde les deux bâtiments. Mais elle passa outre, elle était dedans et "au sec" maintenant.

En arrivant, son styliste ouvrit la porte et la fit entrer en souriant. Puis il lui tendit une tasse de thé ainsi que des serviettes. Elle étira un petit sourire sur ses lèvres pour le remercier, bien qu'elle aurait put se passer de thé. M'enfin.

« Tu es là pour quoi ? Rien de grave ne s'est passé hein !? »

Maintenant est venu le moment de trouver une bonne excuse. Elle réfléchit, mit beaucoup de temps, et se perdit dans ses pensées. Ca la touchait particulièrement que le styliste soit inquiet de sa soudaine venue, mais elle commençait tout simplement à songer à se tirer en courant. Elle se râcla la gorge et prit une grande inspiration, déballant la première excuse qu'elle avait trouver avec tout ce qui lui passait par la tête, tout si loin de la réalité.

« Hmm... Je devais... Mon chi... mon chat... est malade, je devais l'emmener au... véterinaire au bout de la ville, enfin tu voit... et il s'est sauvé. In... Incompréhensible hein? »

Un peu plus et elle allait dire chien, alors qu'elle déteste les chiens. Elle n'a pas de chat, ne connait pas de vétérinaire à l'autre bout de la ville et en a un à la rue d'en face du centre d'ailleurs. Depuis quand les chats cherchent volontairement à se sauver alors QU'IL PLEUT ?! Comme quoi, l'imagination de la jeune fille est.. hm... troublante. Rien de tout ça n'était crédible, autant dévier le sujet.

« Et toi tu faisais quoi à part dormir? »

Si son jean mouillé ne pesait pas autant sur ses petites jambes, Soo Young se serait sauver illico en lui disant qu'il faudrait peut être qu'elle parte à la recherche de son chat, parce que la pluie c'est calmé et que ce n'est pas vrai !

Soo Young Soo Young Soo Young, ma douce et petite Soo Young, dans quelle *KIWI* tu t'es encore foutue ?! La pluie, ça tue pas hein ?! T'aurais pu continuer à marcher, t'aurais pu jouer à faire la grenouille dans les flaques d'eau où tout simplement essayer de te déshydrater, chiotte alors. Faire face au regard du styliste était l'une de ses plus grande peur. Comme pour justifier ses craintes, ce dernier lui lança un regard noir.

« Tu n'as pas de chat et à moins que celui qui est à deux pas du centre soit fermé, pourquoi irais-tu courir là-bas ? Et puis, quel chat est assez stupide pour s'enfuir sous l'eau, tu peux m'le dire ? »

Soo manqua de s'étouffer avec sa salive, et réalisa à quel point il la connaissait si bien, frustrant, elle ne pourrait maintenant plus se permettre aucun mensonge avec lui. Elle ne put échapper au regard méprisant de son styliste, et se fit alors toute petite sur le canapé, serra les jambes et baissa la tête, essayant de cacher son visage avec une serviette.

Elle fut sortie de ses pensées par l'arrivée soudaine du jeune homme à ses côtés sur le canapé. Réalisant qu'il s'approchait trop près de son visage, elle se recula au même rythme qu'il ne s'avançait et se stoppa lorsqu'il posa son doigt au coin de ses lèvres. Une goutte? UNE GOUTTE DE THE?!! Damn it, c'est qu'il lui à fait peur à la Soo Young, il aurait pas put prevenir ou éviter de trop se rapprocher? La voilà frustrée maintenant.

« Bois proprement la prochaine fois ! Avant de dormir ?...je… »

Il...? En attendant la réponse, 'Young-ah imaginait très bien son ami danser sur Gee et s'étaler par terre après avoir glisser sur un grain de poussière, enfiler le tablier rose pour astiquer chaque coin et recoin de l'appartement, ou même s'admirer dans un miroir qui s'étalerait sur tout un mur. Car c'était bien connu, cet homme était maniaque à souhait et perfectionniste.

En revenant au présent, Soo se rendit compte qu'elle avait passé pas mal de temps chez le styliste, et maintenant il fallait sûrement retourner à la salle à manger pour re-rencontrer Hoarang et lui faire un cour de psycho.

Elle remercia donc le jeune homme, sortir de la pièce à la hâte et courut comme une dératée dans les escaliers menant au rez-de-chaussée. Une fois devant la porte, elle prit le temps de respirer plus calmement pour faire genre "bah qu'est ce que tu fous ? Ca fait une heure que j'te cherche !" alors que non pas du tout.

Puis elle poussa la porte battante, et sourit à la silhouette qui se trouvait en plein milieu de la salle. Elle était pratiquement sûre qu'il s'agissait de Hoarang. Elle ne songea même pas à s'excuser pour l'avoir fait attendre, et lança:

« Yo ! Je t'ai manqué j'espère. »

Elle espérait mal, elle en était sûre, mais bon. Quand on s'appelle Soo Young Lim il faut être fidèle à soi-même, et marquer le coup avec une phrase niaise et inutile faisait partie du programme. Elle fit son habituel sourire de gamine et dit en s'approchant:

« T'es là depuis combien de temps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Mar 24 Mai - 18:13

J’arrive enfin à mon étage, complètement essoufflé d’avoir dévalé les marches de l’escalier depuis le toit. Ouai bon ok, y a qu’un étage à descendre et je suis pas crevé du tout. J’ouvre la porte qui donne directement sur le salon. J’entre et je m’avance vers la table placé au milieu du salon. Il n’y a personne dans l’appartement. Je suis peut être paranoïaque mais j’ai l’impression que quelqu’un me surveille. Je jette au rapide coup d’œil autour de moi, mais personne. Pourquoi ai-je l’impression d’être aussi seul et si vulnérable tout d’un coup ?

Tout d’un coup, je me souviens que Misha n’est pas venu me rejoindre sur le toit. Je l’ai complètement oublié avec les événements. La compagnie de Soo m’a fait oublier tous mes problèmes. Mais maintenant, tout me reviens à l’esprit. Tout ce qui s’est passé ces dernières heures resurgissent en moi comme le magma d’un volcan qui est prêt à exploser. Misha… pourquoi n’est-elle pas venu me voir ? Je crois que c’est pas ce qu’elle attendait de moi…. Je comprends rien à sa façon de penser, ses sentiments, tout quoi, j’pige que dalle à elle. Tien d’ailleurs est ce qu’elle est encore là? Je l’appelle à haute voix :

« MISHA!!! MISHA !!! T’ES LA ?»


J’attends quelques instants mais aucune réponse. Est-elle partie ailleurs pour réfléchir ou retrouver son copain ou est ce qu’elle est encore dans sa chambre? J’ai pas le temps de regarder si elle est là ou pas, je vais manquer mon rendez-vous avec mon psy. Eh ben oui, je vois quelqu’un que ça plaise ou non. Peut être pour ça que j’ai l’impression de me faire suivre. Enfin bon toutes façon si elle est pas venu me voir sur le toit c’est qu’elle veux pas de moi, et si elle veux pas de moi, ça sert à rien que je retourne vers elle pour l’instant. Je passe devant sa chambre et je vois la porte fermée. Tant pis, pas le temps. J’entre dans la mienne et j’ouvre ma garde robe.

Ici, au capitole, on a des milliers de fringues. Je regarde un peu ce qu’il y a, mais impossible de choisir. Il y en a pour tous les goûts. Des plus ordinaires au plus osés. Je chope au hasard un tee-shirt et un jean qui se marie très bien ensemble. Je referme le placard et vois par le fenêtre qu’il commence à pleuvoir.

« Et merde ça craint la pluie, ça me fou la loose moi. Un beau ciel bleu et je pète la forme, enfin quand je suis pas malade, mais quand il pleut, la vie deviens sombre et sinistre… »

Soupirant, je sort de ma chambre. Pour me redonner un peu de motivation je prends ma chaine entre mes mains. MA CHAINE !!!! Dans une grand inquiétude, je cherche au tâtons mon collier sur moi. Impossible comment elle a pu disparaitre comme ça, c’est pas possible !! Étant de plus en plus terrifié à l’idée de l’avoir perdu, je retourne tout l’étage pour essayant de la retrouver. Mais elle n’y est pas. De retour devant mon lit, je tente de me calmer et de me rappeler ou est ce que j’ai pu la perdre.

« Mmmh, LE TOIT !! Elle a du tomber quand j’ai vomi…. Merde les muets ils ont du nettoyé et me voler ma chaine. Faut que j’aille voir. »

Je pars précipitamment et remonte les marches 4 à 4. Ça va y a qu’une trentaine de marches. J’arrive sur le toit et vois les muets qui s’avancent vers ma direction. Maintenant il tombe des cordes. Je les arrête et leur demande s’ils n’ont pas récupéré mon bijou que je porte depuis ma plus jeune enfance. C’est la seule trace qui reste de ma mère. Elle a payé une fortune pour acheter ce collier. Elle savait qu’elle allait partir d’ici peu et elle voulait garder un signe qui montre qu’elle a tout donné pour moi. Ce collier représente toute ma vie. Je m’en sépare jamais. Enfin jusqu’à maintenant. Les muets me font oui de la tête. J’allais leur dire qu’ils n’ont pas à être intimidés mais c’est qu’ils peuvent pas parler.

Je demande alors à voir ce que c’est, mais à la place de mon bijou, c’était un engin bizarre que l’un des deux tenait dans le creux de sa main. Je leur dit que c’est pas se que je cherche et leur demande s’ils n’ont rien trouvé d’autre mais cette fois-ci, ils me donnent une réponse négative. Consterné devant leur réponse, je bouscule le premier muet et cours vers l’endroit ou j’ai rejeté mon dîner. Rien, il n’y a absolument rien. Je passe ma main sur ma tête et réfléchi à nouveau. Soudain, le deuxième muet s’approche de moi et me rend ma chaine. Stupéfait, je lui demande même pas où il l’a trouvé. Et d’ailleurs je m’en fou un peu. Est-ce qu’il l’a trouvé juste après que je sois arrivé ? Ou alors il l’a gardé pour lui mais il est trop gentil pour voler? Quelle importance. Bon maintenant que j’ai ma chaine je peux aller retrouver Soo. MERDRE, elle doit m’attendre depuis le temps….

Je descends au rez-de-chaussée où se trouve la salle à manger avant de me rendre compte que je suis plus que tremper. Je peux pas y aller comme ça quand même. Je commence à être gavé de monter et descendre tout le temps moi. Je monte et j’entre une nouvelle fois dans nos quartiers. Je prends des fringues à l’arrache sans faire vraiment attention à ce que j’ai pris. Ça le fait bien, être en retard de plus de dix minutes à mon premier rendez-vous avec ma psy… Je redescends aussi vite que je suis monté et entre dans la salle à manger.

Sans surprise, je ne trouve pas Soo. Ça a dû la souler de m’attendre comme ça toute seule. En même temps, j’aurais fait pareil. Je m’avance au centre de la pièce et jette un regard tout autour de moi. Il n’y a pas grand monde et le tribut du 7 ne s’y trouve vraiment pas, maintenant c’est une certitude. Je décide de prendre un plateau de mettre quelques plats dessus et de m’installer dans un coin de la pièce en l’attendant au cas où. J’ai faim quand même moi.

Quelques minutes plus tard je la vois qui ouvre les portes du réfectoire. Elle dit à un garçon qui est au milieu de la salle, de dos :

« Yo ! Je t'ai manqué j'espère. »


Euh à quoi elle joue ? Elle a sans doute dû me confondre avec le gars qui me ressemble. Je trouve ça assez drôle et je la laisse dans son trip sans rien dire.

« T'es là depuis combien de temps ? »


Bon je vais peut-être lui signaler ma position car là, ça tourne vraiment au ridicule.

« Euh Soo, Je suis là. »

Je rigole en voyant le gars se retourner vers la fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

avatar

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Mer 25 Mai - 10:53

« Euh Soo, Je suis là. »

Humph ? Qui c'est encore ? Il voit pas qu'elle parle à Hoarang, qui d'ailleurs ne se retourne pas ? Il va falloir qu'il fasse gaffe lui, si il veut pas se prendre une mini-droite dans l'épaule. Elle se retourna en soupirant pour s'adresser au mec et lui prier de lui foutre la paix.

« ToiaaaaAAAAH Hoarang ! »

Mon Dieu, mini-crise cardiaque. Elle refit face au "pseudo-Hoarang" qui n'était pas Hoarang, justement. Elle venait donc de passer pour une ahurie devant un pauvre inconnu. Qui se retourna et la dévisagea bizarrement. Elle lui fit un sourire excédé et pas très aimable.
Elle donna intérieurement une baffe à l'inconnu. Bah oui, voyez-vous SooYoung Lim n'a jamais tord, jamais. C'est la faute des autres, pas la sienne surtout quand elle ne sait pas différencier deux personnes.

« Quoi ? Besoin d'aide, p'têtre ? »

Elle le regarda, moue boudeuse, genre "c'est moi l'abrutie mais c'est toi l'fautif, hm !" puis se tourna finalement vers Hoarang. Elle envisagea réellement de lui mettre une droite dans l'épaule, mais se retint et lui lança un regard vexé.

« Hum, merci quand même. »

Son regard vexé ne prit pas longtemps, car il se mit à rire, et Soo, fière malgré que ce soit à cause et non grâce à elle qu'il sourie un peu, se joignit à son rire.

« Revenons-en au principal. C'est pas comme si j'étais pro hein, mais..des questions ? »

Bah quoi ? Il pouvait bien avoir des questions, non ? Genre "t'as souvent l'air con comme ça ?" ou encore "ça va prendre combien de temps, ton cours ?". Pff. Comme si c'était un cours, non mais ! Elle voulait juste l'aider, après hein chacun ses choix.
L'aider à quoi au juste ?... A sauver une inconnue nommée Misha au prix de sa vie à elle. Et de celle du garçon. Etait-elle vraiment en droit de faire ça ? De le laisser sacrifier sa vie pour une fille qui ne ressens rien pour lui ? Okay, l'amour ça provoque ça, blabla. Mais on peut laisser l'amour de côté deux minutes, hm ? Surtout quand c'est une question de vie ou de mort.

Elle contempla le Capitole au loin. Elle ne passerait ici que deux fois: cette semaine, et son cercueil tout basique quoiqu'un peu plus beau que ceux des familles pauvres passerait par le même itinéraire qu'à l'allée. Fallait-il vraiment que c'en soit fini de Soo Young ? Elle qui aimait tant la vie... Elle n'aurait pas rechigné si elle était dépressive mais elle ne voulait pas mourir maintenant. Au début du plus ou moins beau voyage qu'est la vie.
Et la voilà qui avait donné son accord pour mourir afin de sauver une inconnue. Quelle était la motivation de ses actes, au fond ? Elle ne parvenait pas à démêler tout ça. L'important serait qu'elle meure en le sachant. Il lui reste donc quelques jours. Enfin ces jours paraitraient très court, sachant que la moitié seraient dédiés à s'entraîner à tuer ou à tuer tout court. Mais le soir, au lieu de dormir ou d'aller danser, elle réfléchirait à la question.

Sortant de son monologue silencieux, reprenant son air normal qui avait cédé place à son visage sérieux avec plis au front et yeux baissés vers ses chaussures, elle dévisagea le garçon. Il avait repris des couleurs, c'était bien ça. Et il était assez en forme pour sourire. Elle s'autorisa donc une remarque.

« Dis, tu pourrais être à l'heure e.e »

Non, il n'y avait pas d'heure fixée, et c'était elle qui était en retard, mais PAS GRAVE il aurait été là plus tôt, elle n'aurait pas eu cet entretien gênant avec son styliste. Donc il était en faute. Comment ça, de mauvaise foi, elle ??! Naaaaaan jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Mer 25 Mai - 19:41

Je vois le tribut inconnu se retourner avec un air bizarre. J’entends pas ce qu’elle dit mais elle n’a pas l’air de le laisser marcher sur les pieds. Elle est impressionnante cette fille, malgré qu’elle soi pas très grande ni forte, elle a un contraste dans son caractère assez appuyé. Elle est gentille, prête à aider tout le monde même si elle ne connaît pas la personne et d’un autre côté, elle se laisse pas faire et ne veut pas reconnaitre qu’elle a tort.

Je vois qu’elle m’adresse un message mais je suis trop loin pour capter tous les mots. Je tente en vain avec se que j’ai recueilli comme information de reproduire la phrase. Elle me rejoint quelques instants plus tard et vois son visage se détendre pour laisser place à un sourire. Elle est tout le temps avec le sourire aux lèvres. Comment elle fait pour réussir à être tout le temps de bonne humeur. Aime-t-elle temps la vie que ça ?

« Revenons-en au principal. C'est pas comme si j'étais pro hein, mais..Des questions ? »


Des questions ? J’en ai des milliers, mais par laquelle commencer ? Pourquoi Misha veut pas de moi…. Qu’est ce que j’ai fais pour qu’elle ne m’accepte pas…. Comment s’y prendre pour séduire une fille…. Comment s’y prendre en amour tout simplement … Qu’est ce que c’est l’amour en faite…. Tout cet enchainement que ne finit pas me traverse l’esprit et elle me demande si j’ai des questions ? Mmmh, comment elle fait pour avoir la pêche tout le temps ? Comment elle fait pour avoir une banane en guise de bouche ? En faite j’ai envie de lui raconter toute ma vie. Pourquoi ? j’en ai pas la moindre idée. Ptet parce qu’elle m’inspire confiance. Parce qu’elle a pas l’air d’un fourbe. Ou alors elle cache bien son jeu. Non je pense que c’est une fille plutôt simple qui vie sa vie tranquillement sans embrouille. Ne trouvant toujours rien à lui dire, elle se permet de me faire un reproche:

« Dis, tu pourrais être à l'heure e.e »


J’ai pas vraiment compris pourquoi elle vient placer ça ici dans la conversation. D’accord le dialogue n’est pas très engagé et est un peu mort pour l’instant, mais pourquoi elle me dit ça. En plus c’est elle qui est arrivée à la bourre non ? C’est elle qui s’est plantée de tribut et c’est elle qui est venue me rejoindre. Enfin bon si ça peut lui faire plaisir de faire des reproches, qu’elle continue. Je m’en fou enfaite qu’on m’accuse de quelque chose que j’ai pas fais. Toute façon je vais mourir dans pas longtemps alors je suis pas à ça près. Reprenant mon sérieux je lui réponds vaguement quelque chose d’incompréhensible. Moi-même je sais pas ce que j’ai dit. Réfléchissant toujours a qu’elle questions lui poser, je lui demande :

« Pourquoi……. Non en faite »

Qu’est ce que je vais bien lui dire en premier ? Je crois que y a pas trente six mille solutions :

« Bon, pour commencer, je crois qu’il vaut mieux que je te raconte toute l’histoire non ? »


J’attends pas de réponse et continue :

« Ben voilà enfin tout commence ce matin….. Quand je pense à tout ce qui s’est passé depuis ce matin….. Après que Tristan, un tribut que je n’ai jamais revu, soi sauvagement parti alors que je tentais d’en faire mon allié, je retourne à la salle d’entrainement. Je me cogne dans Misha et m’excuse.

C’est a partir de là que tout a commencé. Je suis tout de suite tombé sous son charme et c’est la première fois que je suis tombé amoureux. La première fois que je ressens ces choses là. Ne sachant pas comment me comporter face à elle, je lui propose d’aller manger car je j’avais super faim. Je te l'ai pas dit mais je suis poète. On s’est parlé pendants plusieurs minutes en apprenant des choses l’un sur l’autre mais mon envie était trop forte. Je le sors à l’oral un poème que j’ai improvisé et elle ne la pas pris comme je le pensais. Elle s’est levée, s'est excusée, et est parti à toute vitesse. A ce moment, je n’ai pas compris sa réaction. Je pensais que c’était normal qu’un gars avoue son amour à une fille mais maintenant je me rends compte que j’ai fait la plus grosse boulette de ma vie.

J’ai tenté de lui parler, je l’ai cherché partout dans le centre quand je suis arrivé à sa porte. Elle m’a fait entrée après plusieurs interminables minutes d’attente, puis je sais pas trop se qui s’est passé. Je me suis excusé au début mais après j’ai complètement disjoncté, j’ai fais n’importe quoi. J’ai passé mon temps à me plaindre alors que c’est elle qui avait le plus besoin d'aide. Et puis j’ai compris que le meilleur moyen que j'avais pour l’aider, c’était de partir loin d’elle. J'ai compris que lui causais que du mal. Je suis parti sur le toit en espérant qu’elle viendra m’y rejoindre. C’est à ce moment que t’es arrivé.

Tout en discutant avec toi je me suis rendu compte que je m’étais planté sur toute la ligne et que Misha ne viendra jamais vers moi… »


Je baisse les yeux vers mon plateau pendant que je raconte ses événements si douloureux. Deux échecs en moins d’une heure, ça me brise le cœur. Tout d’abord pour une alliance, et après pour une vie, un cœur qui ne demandait pas à être autant maltraité. J’ai envie de ….. de….. Non enfaite j’ai rien envie de faire. Je veux rester ici, je suis bien ici, à me plaindre encore une fois en me rabaissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

avatar

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Ven 27 Mai - 18:18

Elle prit place à la table où s'était installé Hoarang, jouant avec la ficelle à son gilet. Elle était mal à l'aise, parce qu'elle n'était jamais restée ici plus de cinq minutes. Elle mange ses repas dans sa chambre, elle, c'est pour ça que des buildings d'assiettes semblables aux constructions du Capitole jonchaient le lavabo de la salle de bain. Bien sûr qu'elle les rendait, quand elle avait le temps !

Elle fixa Hoarang, et attendit qu'il débute son récit. Elle espérait avoir de la matière, parce qu'elle est pas pro en psy, la gamine. Elle préférait réfléchir à la possibilité de remplir un gant de toilette avec de l'eau, ou encore tourner l'essoreuse à salade à fond. C'est pas une psy non plus, c'est même plutôt une potentielle cliente. M'enfin, elle était disposée à jouer la pro de psychologie et pathologies en tout genre.

« Ben voilà enfin tout commence ce matin….. Quand je pense à tout ce qui s’est passé depuis ce matin….. Après que Tristan, un tribut que je n’ai jamais revu, soi sauvagement parti alors que je tentais d’en faire mon allié, je retourne à la salle d’entrainement. Je me cogne dans Misha et m’excuse.

C’est a partir de là que tout a commencé. Je suis tout de suite tombé sous son charme et c’est la première fois que je suis tombé amoureux. La première fois que je ressens ces choses là. Ne sachant pas comment me comporter face à elle, je lui propose d’aller manger car je j’avais super faim. Je te l'ai pas dit mais je suis poète. On s’est parlé pendants plusieurs minutes en apprenant des choses l’un sur l’autre mais mon envie était trop forte. Je le sors à l’oral un poème que j’ai improvisé et elle ne la pas pris comme je le pensais. Elle s’est levée, s'est excusée, et est parti à toute vitesse. A ce moment, je n’ai pas compris sa réaction. Je pensais que c’était normal qu’un gars avoue son amour à une fille mais maintenant je me rends compte que j’ai fait la plus grosse boulette de ma vie.

J’ai tenté de lui parler, je l’ai cherché partout dans le centre quand je suis arrivé à sa porte. Elle m’a fait entrée après plusieurs interminables minutes d’attente, puis je sais pas trop se qui s’est passé. Je me suis excusé au début mais après j’ai complètement disjoncté, j’ai fais n’importe quoi. J’ai passé mon temps à me plaindre alors que c’est elle qui avait le plus besoin d'aide. Et puis j’ai compris que le meilleur moyen que j'avais pour l’aider, c’était de partir loin d’elle. J'ai compris que lui causais que du mal. Je suis parti sur le toit en espérant qu’elle viendra m’y rejoindre. C’est à ce moment que t’es arrivé.

Tout en discutant avec toi je me suis rendu compte que je m’étais planté sur toute la ligne et que Misha ne viendra jamais vers moi… »


Ce que pensa Soo Young à ce moment ? Elle-même ne savait pas trop. Hoarang lui confiait tout ce qui s'était passé, ce qui lui permettait de savoir deux choses; l'une, qu'il lui faisait en partie confiance; l'autre, qu'il était bien différent de ce que pensait la jeune fille. Elle le pensait moins..comment dire, moins réfléchi. Plus fonceur. Elle s'était trompée. (Non, même pas vrai !)

Elle acquiesça à chaque phrase et l'écouta jusqu'au bout. Puis, elle réfléchit, et répondit au bout de quelques minutes:

« Elle a eu raison...Et tort à la fois. Elle n'aurait pas dû réagir comme ça. C'est normal d'avouer son amour, oui. Mais ici, ça l'est beaucoup moins. Tu as dû l'effrayer. Maintenant... Il te reste à mettre les choses à plat avec elle.
Tu as autant besoin d'aide qu'elle. Tu...on va tous mourir dans moins d'une semaine. Elle n'a pas de raisons d'avoir plus besoin d'aide que les autres... »


La jeune fille s'aperçut qu'elle était énervée. De quel droit cette tribut pensait avoir plus besoin d'aide qu'un autre ? De quel droit rejetait-elle un garçon qui lui avait ouvert son coeur de cette façon ? Soo espérait que son visage n'avait pas trop rougi sous l'effet de la rage. Elle reprit, tâchant d'être calme, mais ayant toujours son ton pressé, signe d'agacement.

« Montre-lui ce que tu m'as montré de ton caractère. Elle résistera pas bien longtemps. Si elle ne vient pas vers toi, elle le regrettera toute sa vie. Ou ce qu'il en reste. »

"Ou je lui ferai regretter", pensa-t-elle malgré elle. Bah oui Soo c'est une petite âme sensible, elle n'aime pas que les gens dépriment, ça la barbe. Alors pour essayer de remonter un peu le moral du garçon, elle lâcha avec un grand sourire d'enfant:

« T'es poète ? Prouve-le. »

Et bien quoi ? Elle, c'était le piano, quand elle habitait encore à la mairie. Elle lui prouverai aussi, au pire ! M'enfin, dans l'immédiat, elle voulait juste réconforter Hoarang. Elle aime pas les dépressifs, c'est pathologique.

Bien qu'ici, il y en aurait plein, sans aucun doute, enfin cela restait l'évidence même. Il faut s'appeler Soo Young Lim pour être en forme à l'approche de la mort. Peut-être n'avait-elle tout bêtement pas réalisé. Ou, plus probablement, s'en empêchait-elle. Elle ne voulait pas penser au futur, à ce qui arriverait, à ce qui était en train d'être organisé, à sa mort à elle, à ce qu'en penserait son district. A qui survivrait.

Voyez-vous, la bougresse fait également tout pour ne pas déprimer, parce que c'est déprimant de déprimer. Enfin passons là-dessus, ne nous étendons pas sur des absurdités. La jeune fille aurait encore préféré, à cet instant, tourner à fond l'essoreuse à salade plutôt que de déprimer. Ou danser sur un air de Ok Go. Allez savoir, du moment qu'on s'occupe ça ne peut qu'être bon.

Elle releva les yeux vers Hoarang et reprit son sourire de défi et de bonheur enfantin à la fois. Ce sourire qu'elle faisait si bien. Parce qu'elle détestait son sourire naturel, celui où l'on sentait une pointe d'arrogance et de fierté. Non pas qu'elle puisse être méchante et détestable, mais plutôt moqueuse et joueuse. La petite fille dans sa tête n'était pas prête à mourir, tandis que la plus grande n'était prête qu'à faire la fête, et ne s'arrêter que quand elle n'aurait plus la force de bouger.

A ce moment précis, elle dût profondément lutter contre elle-même pour ne pas laisser couler une larme. Jusqu'ici elle n'avait pas ressenti le besoin de pleurer, mais il se faisait très présent désormais. Alors, comme la petite pile électrique indéchargeable qu'elle était, elle se leva d'un bond, fit un grand sourire au garçon et déclara:

« J'ai la dalle, moi ! Je reviens, et je t'écouterai. »

Espérant qu'il n'ait pas la mauvaise idée de la suivre, elle gambada jusqu'aux étagères pleines de nourriture, se réfugia derrière et lâcha un sanglot. Qu'est-ce qui lui prenait ? Etait-ce l'effet "hunger games" qui lui faisait se sentir si vulnérable et ridicule ? Ce devait être la première fois depuis seize ans qu'elle pleurait. Et ce n'était pas sans raisons, admettons-le.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Ven 27 Mai - 21:24

« Elle a eu raison...Et tort à la fois. Elle n'aurait pas dû réagir comme ça. C'est normal d'avouer son amour, oui. Mais ici, ça l'est beaucoup moins. Tu as dû l'effrayer. Maintenant... Il te reste à mettre les choses à plat avec elle.
Tu as autant besoin d'aide qu'elle. Tu...on va tous mourir dans moins d'une semaine. Elle n'a pas de raisons d'avoir plus besoin d'aide que les autres... »


Ben en même temps, c’est pas complètement con ce qu’elle dit. C’est vrai que Misha n’a pas plus de raison que moi d’avoir besoin d’aide. On va tout les deux mourir dans quelques jours, on est tous les deux amoureux. La seule différence c’est que moi j’ai été rejette alors qu’elle a trouvé celui qu’elle cherchait. A tous les niveaux elle est comblée. Donc j’avais pas totalement tort quand je me plaignais à l’étage tout à l’heure. Pour une fois que j’ai raison je peux m’en réjouir. Je reste les yeux fixés sur mon plateau pendant qu’elle continue à me donner des conseils :

« Montre-lui ce que tu m'as montré de ton caractère. Elle résistera pas bien longtemps. Si elle ne vient pas vers toi, elle le regrettera toute sa vie. Ou ce qu'il en reste. »

Ah ben ouai, c’est ça que j’ai oublié de préciser, elle est déjà avec quelqu’un. Effectivement, je pense que ça peux jouer un petit peu sur la négation de ma demande. Bon en même temps, avec tout ce que j’avais à lui dire, normal que j’ai oublié des trucs. Mais quand j’y repense, elle m’a pas vraiment dit qu’elle sortait avec quelqu’un. Elle m’a juste dit dans une longue tirade : « mon cœur est pris ». Si ça se trouve elle est comme moi. Elle est amoureuse d’un gars de la même façon que moi je suis amoureuse d’elle et le gars la rejeté de la même façon qu’elle ma rejeté. Si je me mets à sa place deux secondes, dans l’hypothèse qu’elle soit juste amoureuse, c’est vrai que moi non plus je voudrais pas que quelqu’un m’aime et m’avoue ces sentiments. Ca me rappellerait de trop mauvais souvenirs. Dans le fond je la comprends. Ou alors elle est vraiment avec quelqu’un et dans ce cas, a moins qu’elle aime les doubles liaisons, je comprends qu’elle ne veuille pas de moi.

Et puis en même temps, qui voudrait de moi ? Bon ok je suis grand et costaud mais bon si Misha ne veux pas pourquoi une autre voudrait ? Soo, dans un grand sourire d’enfant, me défit à travers ces paroles:

« T'es poète ? Prouve-le. »

Soudain, un déclic dans ma tête me faire penser à quelque chose d’horrible. Tout un scénario passe dans ma tête sans que je puisse l’arrêter. Je lève les yeux vers Soo puis les rabaisse sur mon plateau, angoissé. Et si ? Non pas possible. Je veux pas. Je suis pas prêt pour ça. Et si l’histoire se répétait mais qu’à la place de Misha c’est moi et qu’à ma place c’est Soo. Non c’est impossible. Et pourquoi pas ? C’est elle qui est venu me voir là haut sur le toit. Elle aurait pu m’ignorer mais au lieu de ça, elle est venue me parler. Malgré que ça soit moi qui lui ai proposé de manger un morceau, on se trouve tous les deux, ici, à la salle à manger. Plein de film tourne dans ma tête. D’une seconde à l’autre elle va prendre une voix sensuelle et me débouler un talent en disant qu’elle m’aime. Je veux pas de ça, je veux pas qu’elle me dise qu’elle m’aime, je suis pas préparer.

Je ressens exactement les mêmes sentiments qu’à dû ressentir Misha au même instant. Se créer des histoires alors qu’on aime déjà quelqu’un, vouloir ne pas blesser la personne qui nous avoue son amour mais ne pas l’accepter car notre cœur est déjà pris. Et pour ne pas faire face à se désastre, partir sans un mot loin de cette personne et n’espérant ne plus jamais la revoir. S’enfuir d’une situation compliquée et revenir dans un endroit où on se sent en sécurité pour pouvoir réfléchir calmement et exprimer tout nos sentiments sans que personne puisse nous voir.

Mon esprit jongle entre la réalité et les souvenirs. On était sur la même table, la fois précédente, Misha était à ma place et j’étais là ou est assise Soo. Je me vois en face de moi-même mais cette fois ci je suis dans Misha. Je me revois en train d’avouer ce que je ressens pour elle et je perçois tout ce que Misha à penser a cet instant même. Un coup, je me vois avec mes grosses mains noires, un coup les doigts fins de Misha. Je suis troublé de voir à quel point les situations sont semblables.

Soo me tire de mes rêveries et me déclarant :

« J'ai la dalle, moi ! Je reviens, et je t'écouterai. »

Tout ce que je viens de penser, c’était qu’un rêve. Elle m’a pas avoué ces sentiments et je n’ai pas subir cet épreuve horrible. Cette histoire tombe à l’eau en une demi-seconde, juste le temps pour elle de dire autre chose que ce que je voulais pas entendre. Ouf sauvé. Je reprends réellement tout mes esprits quand elle se lève et part chercher quelques choses sur les étagères. Mais son comportement était bizarre. Elle reste derrière ces derniers en essayant de se dissimuler. Je me lève et vais la rejoindre. Je me rappelle du défi qu’elle m’a proposé. Je suis poète et je peux le démontrer facilement. J’arrive près d’elle et commence :

« -Tes paroles de réconfort sont vrais,
Mais j’ai pas dit tout de s’qu’il fallait,
Car y a une chose que je t’ai pas dit,
C’est que son cœur était déjà pris.

Je crois que c’est foutu avec elle.
Faut avouer que j’aimerais qu’elle m’aime.
Avec sa beauté exceptionnelle,
Ce n’était pas avec un poème,
Mais directement lui avouer,
Que ce que je ……. »

Je me fige devant elle en la regardant pour la première fois depuis que je me suis levé. Je n’avais pas remarqué mais des perles salées étaient en train de couler sur ses joues. Je veux lui demander qu’est ce qu’il y a mais je pense que ce n’est pas une bonne idée. Je réfléchis une seconde et trouve une solution.

«- Quel que soit les raison de ces larmes,
Il ne faut jamais baisser les armes,
Car c’est là qu’on est vulnérable.
Mais dans tout les cas le principal,
C’est que le bonheur n’est pas forcément très loin,
Et que l’on peut toujours compter sur un copain. »

J’espère que les quelques vers qui sortent de ma bouche suffiront à réconforter le tribut car je sais pas du tout comment m’y prendre autrement. A cet instant, j’ai l’impression de la connaitre depuis toujours. On s’aide l’un l’autre à supporter les dures épreuves de la vie. Mais c’est ce qu’on appelle l'amitié et la solidarité, et même si on va mourir dans pas longtemps, je veux que mes derniers instants se passent du mieux possible. Voir Soo verser des larmes me rends assez triste et je sais que mon rôle est de l’aider si on veut vivre nos derniers moments de bonheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

avatar

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Sam 28 Mai - 11:07

La jeune fille était toujours planquée derrière plusieurs boîtes de surimi, pains au lait et crème d'oignons (fallait bien se mettre quelque part) quand elle s'aperçut qu'elle avait été suivie. Elle sursauta lorsqu'elle entendit la voix de son interlocuteur non-désiré sur le moment se mettre à parler en vers.

« -Tes paroles de réconfort sont vrais,
Mais j’ai pas dit tout de s’qu’il fallait,
Car y a une chose que je t’ai pas dit,
C’est que son cœur était déjà pris.

Je crois que c’est foutu avec elle.
Faut avouer que j’aimerais qu’elle m’aime.
Avec sa beauté exceptionnelle,
Ce n’était pas avec un poème,
Mais directement lui avouer,
Que ce que je ……. »


Soo Young esquissa un sourire, malgré les larmes qui ruisselaient sur sa peau lisse. Il était vraiment poète, et il avait improvisé en plus. Impressionnant. Elle lui aurait volontiers fait écouter sa version piano de sa musique du moment. Si un piano avait la bonne idée de se trouver dans la salle à manger. Le garçon coupa net ses envies de partir chercher un piano sous les tables quand il poursuivit, après l'avoir regardée:

«- Quel que soit les raison de ces larmes,
Il ne faut jamais baisser les armes,
Car c’est là qu’on est vulnérable.
Mais dans tout les cas le principal,
C’est que le bonheur n’est pas forcément très loin,
Et que l’on peut toujours compter sur un copain. »


La jeune fille n'avait plus la volonté de sourire. Ses larmes redoublèrent quand elle entendit les paroles du jeune homme. Il avait raison, elle ne pouvait pas le nier. Elle ne s'était jamais sentie autant vulnérable que depuis qu'elle s'était mise à pleurer.

Ces paroles étaient un signe d'amitié, et à ce moment, Soo Young ne se sentit pas si seule que ça. Et même plutôt soutenue, aidée. C'était sans doute son dernier ami, et peut-être qu'elle serait obligée de le tuer. Elle ne savait pas si elle en aurait la force. Mais ça valait pour n'importe quel autre tribut qu'elle devrait tuer. Elle le ferait par obligation, pour sa survie, mais pas par plaisir. Pas comme les carrières, les inconscients frères et soeurs du Deux, l'inquiétante et provocante fille du Un, ou les étranges tributs du Quatre.

En ce moment-même, Soo Young vit naître en elle un nouveau sentiment, qu'elle n'avait jamais ressenti. Ce sentiment se nommait, semblait-il, le réconfort mutuel. Hoarang et elle ne se connaissaient pas, n'existeraient plus d'ici quelques jours, n'étaient même pas alliés, mais pourtant, ils se réconfortaient. L'un avait mal au coeur, l'autre avait peur de mourir.

Peur de mourir ? Maintenant, elle avait surtout peur de vivre, que chacun de ses actes soient néfastes pour le futur. Chaque parole déplacée, chaque geste mal compris pourrait lui être fatal dans l'arène. Et, se connaissant, cela arriverait sans doutes. Et c'est cela qui l'effrayait, le fait qu'on puisse la mettre à mort pour une parole ironique ou une mimique déplacée. La mort en soi ne l'effrayait pas tellement.

Sortant de ses pensées, elle releva la tête vers Hoarang, à quelques mètres d'elle. Une envie lui vint subitement, comme ça, sans raisons particuières. Elle regretterait sans doute son geste. Plus tard. Pour le moment, elle ne pouvait qu'exécuter ce qu'elle avait en tête, sans penser aux conséquences si on la voyait faire. Elle n'avait aucune envie de s'en soucier. Alors, elle se laissa aller.

Elle se retourna, ses larmes coulant toujours, vers Hoarang. Elle le fixa de ses petits yeux bruns virant au noir, se mordant la lèvre inférieure sans vraiment savoir pourquoi. Les larmes l'aveuglaient, pourtant elle savait que c'était bien Hoarang qui était devant elle, et non un inconnu. Elle resta ainsi pendant une dizaine de secondes, avant d'exécuter son idée finale.

Elle s'approcha du garçon afin que la distance entre eux ne soient plus que quelques ridicules centimètres, et là, elle se jeta dans ses bras. Ce n'était là qu'un geste fraternel, et non amoureux, et elle espérait que le jeune homme ne se méprendrait pas.

Ainsi, toute petite par rapport au géant qu'elle était, blottie contre son torse, elle murmura un « Merci » presque inaudible. Être comme ça était presque gênant, mais ça lui rappelait son frère. Malgré la différence de taille, de muscles, de couleur de peau et de cheveux, le garçon lui rappelait son frère. Allez savoir pourquoi.

Elle se demandait quelle serait la réaction du jeune homme. Allait-il se vexer, se méprendre sur les sentiments de Soo Young, purement amicaux d'ailleurs ? Allait-il partir en courant, se retrouvant à la place de la jeune fille qui l'avait refusée, avec Soo dans le rôle de l'amoureuse transie en déprime, cette fois ?

Pourtant, malgré la peur que lui inspirait ce point de vue, elle n'osa pas se décoller du torse du jeune homme. Elle y sentait une chaleur, un réconfort. Parce que, là tout de suite, elle avait besoin de réconfort. Quitte à s'en mordre les doigts après, elle ne voulait pas reculer, s'excuser et partir. Alors, Soo Young ne bougea pas, attendant la réactio du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Sam 28 Mai - 15:45

Après lui avoir fait par de mon poème, elle m’envoya un sourire extraordinaire. C’était pas un sourire forcé ni son sourire enfant défieur. C’était un véritable sourire plein de sentiments et de remerciements. Nos yeux plongent mutuellement l’un dans l’autre, au plus profond qu’ils pouvaient. On reste comme ça plusieurs minutes n’ajoutant aucuns mots à la conversation. Je peux lire dans ses yeux qu’elle a comprit que je voulais moi aussi l’aider du mieux que je pouvais.

Puis soudain, il s’avance vers moi. Nos corps étaient plus qu’à quelques centimètres quand elle ouvre ses bras et s’accroche à moi. Elle m’entoure d’une étreinte et pose sa tête contre mon torse. La différence de taille entre moi et elle est encore plus flagrante. Je ne sais pas comment me comporter. Tout d’abord je recule les épaules et la tête par surprise. Je ne sais pas quoi faire du coup. Et puis…… Non mais c’est pas possible….. Non je veux pas …… Qu’est ce que je vais faire maintenant ….. Moi qui pensait y a encore quelques instants que j’avais évité le pire avec elle. Mais l’histoire semble se répéter. Que faire ? Si je me débat et la repousse, elle va sombrer dans une dépression et les dernières chances pour l’arène partiront en fumée en moins de temps qu’il faut pour lui annoncer…. Non c’est pas la bonne solution…. Si je mets mes bras autour d’elle, elle va croire que j’ai accepté son amour et j’aurais beau lui expliquer ça sera trop tard. Que faire ? Si je reste là trop longtemps elle va voir à quoi je pense et ça sera pas bon non plus…. Qu’elle est la meilleure solution ?

Mais je me trompe sur toute la ligne. Comment je le sais, Parce qu’elle me souffle entre deux sanglots un « merci ». Ce n’est qu’un mot et pourtant ça veut dire des milliers de choses en même. Juste avec ce mot, je sais qu’elle recherche en moi que du réconfort et non de l’amour. Elle a dû penser à ce cas où je penserais qu’elle m’aime et le chasse avec un minuscule mot de cinq lettres. Être là pour quelqu’un, c’est aussi la première fois que ça m’arrive. Réconforter une personne, c’est du tout nouveau pour moi. Et de voir qu’on est important pour une personne restera pour toujours incruster au plus profond de mon cœur. Je l’entends toujours lâcher quelques larmes et maintenant qu’il n’y a plus aucun risque, je referme mes bras sur elle. On reste plusieurs minutes dans cette position sans rien dire. Il n’y a rien à ajouter. Ce dur moment, on le passe ensemble. Sentir sur tête sur mon cœur me réchauffe et me console beaucoup plus que ses précédentes paroles. Ce câlin est bénéfique à tous les deux et rien ne peux le gâcher.

Rien, absolument rien. Même pas les gens présents dans la salle qui nous observent depuis quelques minutes, quand Soo a commencé à pleurer. Ceux qui ont observé la scène doivent nous prendre pour des fous. Eh ben oui des fous. Qui serait assez débile pour s’enlacer en public à quelques jours des jeux ? Moi je m’en fous qu’on m’observe mais si y en a un qui est pas content, je me ferais un malin plaisir de lui fracasser sa petite tronche de merde. Celui qui vient perturber notre moment, je le décapite quitte à en payer les conséquences. On vient pas m’emmerder dans un moment pareil. Je ferme les yeux et inconsciemment je lui fais un baiser sur le haut du crâne.

A cet instant, c’est comme si Soo était ma petite sœur. Je la protège contre toute menace extérieure en l’accueillant dans mes bras. Le besoin de réconforter et d’aider sa petite sœur en détresse en tant que grand frère est indispensable. J’aurais aimé vivre ça avant. Aider et m’amuser avec mon ou ma petit(e) frère/sœur. Le/la réconforter dans les moments difficiles et jouer avec pendants plusieurs heures. Une vie heureuse que je n’aurais jamais la chance de connaître… Je serre Soo de plus en plus fort pour oublier tous ces cauchemars. Je serre les dents pour résister à l’envie de rechuter. Tout le monde doit se demander ce qu’on fait. Je regarde du coin de l’œil, et effectivement, tous les regards sont braqués sur nous. J’avais envie de leur demander s’ils ont un problème et d’ailleurs :

« Qu’est ce que vous avez tous à nous regarder ? Vous avez un problème ? Vous avez jamais vu quelqu’un consoler une autre personne ? »

Je fusille du regard les quelques tributs présents dans la salle. J’aurais peut être pas du faire ça. En effet beaucoup d’entre eux baisse la tête sur leur assiette ou reprenne leur conversation, mais un tribut, surement carrière, ne bouge pas d’un pouce. Son regard n’est pas perturbé, il le renforce même. Mais ma détermination a eu raison de lui. Il finit par reprendre son activité et nous laisser tranquille. Je dis à Soo, en rigolant :

« -Bon ben je crois que je me suis pas fait que des amis ici…… Retournons finir de manger. »

Je serais bien resté encore quelques instants à serrer la fille dans mes bras mais ces bouffons de tributs m’ont foutu en rogne. Je lâche Soo et me libère de mon étreinte. Je lui souris pour la réconforter encore une fois et regarde sur les étagères. Je prends une boite de surimi, la regarde d’un air étrange, et la repose d’un air écœuré. Je force les traits de mon visage pour amuser Soo. Je suis surpris en voyant les autres conserves. Aucune me donnait envie. Du coup je retourne à ma place et finit mon plat de résistance qui est pour le coup froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

avatar

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Sam 28 Mai - 21:24

Soo Young s'inquiéta relativement vite de la réaction du jeune homme. Il sembla étonné au début, rien de très étonnant. Puis il sembla paniquer: Soo entendait son coeur battre plus fort. Il semblait affolé. Quoi, aurait-il pris ça pour une démonstration d'amour ? Soo Young s'apprêta à se redresser et à le détromper quand il referma ses bras sur son petit corps frêle.

La jeune fille s'aperçut à peine du baiser de Hoarang sur sa tête, et encore moins des regards des gens. Leur opinion importait peu, qu'ils aillent même raconter tout ça à Misha, pour qu'elle soit jalouse et qu'elle revienne vers lui. Bien que même la pire des garces n'aurait pas osé. Mais, sait-on jamais... Peut-être que Hoarang s'est entiché d'une garce. Regardez, par exemple, la fille du Un. Une vraie beauté, mais pas à l'intérieur. Le physique cache souvent bien des choses.

Qu'est l'amour, après tout, à part une blessure qui ne cicatrise jamais complètement ? Ou une distraction d'un soir, d'une semaine ? Cette question la rongeait. Elle n'avait jamais connu l'amour, du moins pas celui qui faisait souffrir...elle n'avait aucune idée de ce que c'était. Que ressentait-on ? Comment savait-on qu'on aimait ? Sur quels critères ? A quoi ça sert ? Que de questions sans réponses, que le son de la voix de Hoarang brouillèrent.

« Qu’est ce que vous avez tous à nous regarder ? Vous avez un problème ? Vous avez jamais vu quelqu’un consoler une autre personne ? »

A cette remarque provenant du jeune homme, Soo Young se mit à rire doucement. Elle tourna la tête pour s'apercevoir que toute la salle les observaient. La jeune fille se demanda si la scène était filmée et passait sur les télévisions du district Sept. A l'idée de sa mère s'arrachant les cheveux de voir sa petite dans les bras d'un garçon, elle sourit. A l'idée de son frère inquiet, son sourire disparut. Comment allait-il ? Elle espérait qu'il se portait bien, qu'il était dévergondé ! Retournons au sujet principal. Peut-être que la scène actuelle était diffusée à travers le pays. Elle eut la force de lancer un sourire éclatant à une caméra en déclarant:

« Aigoooo, j'ai la caméra pour moi toute seule ! »

Un petit sourire satisfait aux lèvres, elle releva finalement les yeux vers Hoarang, qui l'avait lâchée (sans doute par honte de la tirade devant la caméra) en lui proposant d'aller finir manger. Elle acquiesça, en essuyant les dernières larmes sous ses yeux. Le garçon fit une mine dégoutée devant une boîte de surimi qui n'avait pas l'air des plus fraîches. Soo Young rit. Oui, elle allait mieux. Aucune parole n'aurait pu remplacer la chaleur humaine, autant physique que morale, de deux amis.

Car, oui, pour Soo Young, Hoarang était un ami. Qui d'autre qu'un ami aurait pu la réconforter de la sorte ? Il aurait pu la repousser, ou ne pas lui rendre son étreinte, quitte à faire ridiculiser la jeune fille. Pourtant, elle avait senti leur désespoir et leur fraternité à travers leur étreinte. Bien plus qu'elle ne demandait, venant d'un garçon qui n'était même pas un allié, juste un étranger qui disparaîtrait à jamais d'ici peu.

D'ailleurs, qui étaient ses alliés ? Des mecs biens, espérons-le. Sauf si ce n'était personne, tout comme Soo Young qui ne cherchait pas particulièrement une compagnie autre que celle de Tamtam, qui lui suffisait amplement lorsque la styliste ne décidait pas de le jeter par la fenêtre du Septième étage. Mais bon, quand même, l'union fait la force. Il lui faudrait trouver quelqu'un de confiance, mais pas trop. Elle aurait apprécié être alliée avec Hoarang, mais le voir mourir aurait été trop douloureux. Car il mourra, n'est-ce pas ? Il veut sauver Misha. Et il n'y a qu'un vainqueur.

Secouant la tête pour chasser les idées néfastes, la jeune fille prit un pain sur l'étagère et retourna s'asseoir en face de Hoarang. Vive le repas, m'enfin c'est pas manger plus qui la fera grossir, à ce stade. Puis elle n'aimait pas vraiment la nourriture du Capitole. Comme si on y avait injecté l'amer goût de la bestialité, en rappel aux Jeux. Elle fixa son regard sur Hoarang, les yeux maintenant secs. Elle décreta, reprenant tout son "sérieux", enfin autant que possible pour une fille comme Soo Young (et autant vous dire qu'elle n'était pas très convaincante, passons):

« Bon, et tu comptes la récupérer ou juste veiller à ce qu'elle aille bien avec l'autre abruti ? »

Elle le soutiendrait dans les deux cas, bien que le premier cas de figure puisse être très amusant. Cruelle ? Non jamais. Vraiment pas. Juste un peu démoniaque, ouais ? Disons pour toute excuse qu'elle ne portait pas vraiment dans son coeur cette fille et son petit copain, et également qu'elle manquait cruellement de distraction. C'est vrai quoi: au Sept, elle pouvait chasser, danser, se déchaîner, quoi ! Ici elle pouvait jeter des couteaux dans un mannequin, le summum du divertissement, avouons-le. Et en parlant de divertissement...

« Hé, à ce propos, je t'avais dit que je t'aiderai à transformer ton amour en rage. Tu tiens toujours ? »

Elle avait eu une idée du tonnerre, qui se résumait plus ou moins à coacher le garçon, à en faire un dur, mentalement parlant. Son physique n'était plus à faire, certes; mais un gros musclé de son genre dans le rôle d'un dépressif amoureux transi collait pas vraiment, voyez-vous. Il s'agissait de lui muscler le caractère ! Il était gentil, une qualité qu'il ne fallait pas aux Hunger Games. Il était sensible, très mauvaise chose peu importe la situation. Fallait l'endurcir, ce garçon !

Et pour le travail mental, il fallait du travail physique. Parce que l'un influe l'autre et que...ça musclerait les sticks en guise de bras de la demoiselle en même temps, hm ? C'est tout bénef. Et puis, plus on est entraînés, mieux c'est, non ? Du moins à en croire les carrières. Et elle-même le savait, la souffrance physique pour la délivrance morale. Donc...

« Mange bien, pour le coup, on va bosser ! »

La jeune fille lui fit un grand sourire. Au milieu de toute cette tumulte, et quelques jours avant sa mort, Soo Young s'était fait un ami. Et même un frère, un frère de coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Dim 29 Mai - 10:27

Je m’assoie le premier à ma place le premier. Je lève la tête et vois Soo revenir avec un morceau de pain. J’ai envie de lui demander pourquoi elle ne mange pas plus que ça mais c’est pas très compliqué à comprendre. Il faut pas oublier qu’on est au capitole ici. Même si je trouve leur nourriture dix mille fois meilleure qu’au district (ouai bon après je viens du district douze aussi), elle doit sûrement être infestée de produits chimiques et autres produits néfaste dont je ne veux même pas connaître l’existence. Sur le coup, je me sens un peu honteux de manger comme un porc alors que Soo n’a qu’un morceau de pain. Mais bon faut que je mange, j’en ressens le grand besoin après avoir vidé mon estomac y a une bonne demi-heure sur le toit. La fille s’asseye à son tour en face de moi, mais avait repris un air plus sérieux. Ses dernières larmes avaient séchés et maintenant son visage a repris forme plus dur. Elle ouvre la bouche et me dit :

« Bon, et tu comptes la récupérer ou juste veiller à ce qu'elle aille bien avec l'autre abruti ? »


Ah ouai c’est vrai…. J’avais complètement oublié….. Ce moment avec Soo m’a complètement fait oublier mes problèmes. Elle est très forte. Pour moi c’est comme une sœur. On se connait depuis une heure mais déjà les sentiments d’appartenir à la même famille m'envahissent dès que je la regarde. Enfin bon, revenons. Qu’est ce que je veux le plus ? S’assurer de sa sécurité, ou la récupérer à tout prix ? Dans les deux cas toute façon je mourrais pour elle. Prenons l’un après l’autre.

Dans le premier cas, Je serais l’homme le plus heureux du monde. Même si je dois mourir deux jours après, c’est pas grave, j’aurais eu une vie comblée. Mais pour y arriver il faudra soi que je la convaincs de venir avec moi, ce qui est presque impossible vu comment elle est têtu, soi que j’élimine le tribut qui est avec elle…. Si je le tue hors arène je me ferai tuer instantanément, si je le tue dans l’arène… Et pourquoi pas ? Mmmh non je peux pas le toucher lui non plus sinon Misha m’en voudra toute sa vie, enfin ce qu’il en reste. Je sais que ma cause est désespéré car si je la sauve une fois en me prenant le coup, un autre la tuera et je ne pourrai plus rien. Je ne doute pas de ses capacités physiques et mentales mais face aux carrières, on a très peu de chance de survivre. Je vois pas de solutions pour la récupérer…..

Second cas, veiller à ce qu’elle aille bien avec l’autre abruti ? Ben c’est ce que j’avais prévu de faire à la base. Même si dans l’arène on risque de ne pas se rencontrer du tout et que je ne pourrai rien pour elle, j’aimerais rencontrer au moins une fois son « chéri » pour savoir de quoi il est capable, s’il peut la protéger ou non….. Dans le cas contraire je crois que je n’aurais pas d’autre choix que de la retrouver au plus vite. Tien d’ailleurs, je n’ai toujours pas d’allié pour l’arène, il faudrait que j’en trouve un assez vite sinon c’est sur que je suis un homme mort en moins d’une journée….. J’aimerais bien demandé à Soo mais je ne pourrais jamais m’en remettre si elle venait à mourir devant mes yeux.

En parlant de Soo, je lève les yeux vers elle et la vois qui me demande si je suis toujours partant pour me renforcer mentalement et à transformer tout mon amour en rage. C’est une bonne idée, si je peux être aussi tueur et ravageur que je suis amoureux, je serais une arme redoutable. J’arriverai au niveau des carrières et pourrai leur faire face. Bon aucun pas tous en même temps, mais je pense que je pourrai combattre un ou deux en même temps. Mais bon les armes de corps à corps, j’ai jamais réussi à me familiarisé avec. Et je préfère pas essayer. Moi je suis plutôt à me camouflé et à prendre par derrière. Un fourbe quoi. Et les couteaux, qu’est ce que j’adore ça. Mes compétences sont tout à fait l’opposé de ma carrure et c’est e que fera ma grande force de frappe. Reprenant mes esprits, je réponds à Soo en hochant de la tête pour dire oui et en lui souriant.

« Mange bien, pour le coup, on va bosser ! »

Elle a l’air d’être motivé à m’aider et j’apprécie ce geste. Je la remercie en un regard et pour montrer que je suis ses conseils. Je rempli ma bouche à ras bord. J’ai envie de rire mais si je le fais, je crache tout sur la fille. Je me retiens de justesse en essayant de mâcher la nourriture. Quel gamin que je suis ! Mais bon faut bien s’amuser un peu avant de passer aux choses sérieuses. Oui , j’appelle ça les choses sérieuses car c’est la dernière choses d’important que je vais faire dans ma vie. J’ai toujours pas répondu à la question d’avant. Je pense que la récupérer ne servirai pas à grand-chose sachant qu’elle a déjà quelqu’un dans sa vie. Ça ferrai que de l’enfoncé encore plus. Non je pense qu’il vaux mieux que ça soit moi qui souffre pour son bonheur et que je la protège à distance. Finissant ma bouchée je lui annonce :

« -Je veux être un homme. Je veux transformer mon amour en rage. Je veux la protéger à tout prix. Mais je veux pas la blesser. Je préfère prendre sur moi et rester en arrière pour la couvrir que de la récupérer et de la tuer mentalement. Je veux que tu m’aide à surmonter la plus grande et surement la plus épreuve de ma vie s’il te plait. Même si tu as déjà tes problèmes et que tu connais pas Misha, je voudrais que tu m’accompagne dans ce voyage, petite sœur. »

Qu’est ce que je raconte moi ? Elle est déjà d’accord pour m’aider, c’est même elle qui me l’a proposé. Je suis con –‘. Mais bon tant pis c’était poétique et voulais lui dire qu’est ce qu’elle était pour moi, ma petite sœur. Je luit sourit et lui demande :

« -T’as une idée de comment on va faire ? »

Cette question n’est pas très explicite mais elle l’interprète comme elle veut, toutes les réponses me conviendront. Moi, personnellement j’ai pas la moindre idée de comment on va faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

avatar

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Dim 29 Mai - 12:42

Soo Young contempla le bout de pain avec dégoût. Quelle idée de faire un pain bleu, aussi ? On dirait qu'il est tombé dans un pot de peinture. Il est laid. Infect. Du bout des doigts et même des ongles, la demoiselle se lève et va le jeter avec une moue dégoûtée. Elle ne se fie pas aux couleurs qui ne sont pas naturelles. A-t-on déjà vu du pain bleu fait avec des ingrédients naturels, par chez nous ?

Hoarang, lui, à sa déclaration comme quoi il fallait manger en grande quantité, avait enfourné une grande bouchée de son plat de résistance pour prouver à la jeune fille qu'il était tout ouïe. A ce geste, Soo Young ne put que rire en voyant son ami se retenir de s'esclaffer. Surtout que s'il ne parvenait pas à garder la nourriture dans la bouche, elle atterrirait sur la jeune fille.

Décidemment, que de choses pas très appétissantes. D'abord, Hoarang qui rend son maigre déjeuner par dessus le balcon où se trouvait un champ de force. Ensuite, le même qui essayait tant bien que mal de se retenir de rire à cause de la nourriture qu'il mâchait. Finalement, le Capitole n'était pas aussi ennuyant qu'il en avait l'air. Bien que la demoiselle fut sûre que beaucoup passaient leurs journées à compter les nuages.

Le garçon avait un grand appétit, et Soo fut attendrie de le voir tellement plus en forme que ce matin, où elle l'avait trouvé sur le toit, déprimé et faible. Il avait changé, il était plus confiant quant à l'avenir. Ce serait plus facile, mais aussi plus rapide, de le coacher. Ce qui laisserait du temps à Soo Young pour aller chercher des alliés. Il n'était pas question de faire du garçon son allié, même si elle en avait envie.

Elle ne voulait pas de carrières non plus, parce qu'ils étaient prétentieux, riches, et avaient toujours horripilés la jeune fille. Elle n'avait rien d'une carrière. Vous la voyez vraiment passer plus de quinze ans de sa vie à s'entraîner pour ces Jeux dont le but était de tuer le plus possible ? Et bien elle non. Elle ne se voyait même pas dans l'arène d'ici quelques jours.

Et Soo, avait-elle changé ? Dans son district, elle était la pile électrique à la voix fraîche, au sourire Colgate, à la peau inexplicablement lisse, qui pouvait danser des heures jusqu'à épuisement total, et au caractère de chiottes. Ici elle était un numéro, le Sept, destiné à mourir, et rien d'autre. Mais elle, elle se sentait faible. Incapable de tuer, encore plus de mourir. Cela l'avait changée, ça l'avait fait devenir encore plus bornée. Comme ça, c'est fait.

Elle voyait le garçon peser le pour et le contre de sa question. Comment se sentait-il, lui ? Avait-il peur de mourir, ou encore plus peur de perdre Misha ? Savait-il ce que vouloir la sauver représentait ? Son acte...En avait-il seulement pris conscience ? Soo éprouva une nouvelle bouffée de haine envers Misha. Qui était-elle pour se permettre de lui faire mal, à lui, son ami ?

« -Je veux être un homme. Je veux transformer mon amour en rage. Je veux la protéger à tout prix. Mais je veux pas la blesser. Je préfère prendre sur moi et rester en arrière pour la couvrir que de la récupérer et de la tuer mentalement. Je veux que tu m’aide à surmonter la plus grande et surement la plus épreuve de ma vie s’il te plait. Même si tu as déjà tes problèmes et que tu connais pas Misha, je voudrais que tu m’accompagne dans ce voyage, petite sœur. »

Ces paroles firent encore plus mouche que le poème. Soo Young n'en fut pas heureuse, pourtant....Elle en fut attristée. La jeune fille voulait lui crier "mais réveilles-toi ! Elle n'en a rien à cirer de ce qui lui arrivera, et elle voudra sans doutes sauver son copain." A sa place elle laisserait seulement tomber, mais que connaissait-elle à l'amour ? La deuxième chose l'attristant, c'était le "petite soeur". Elle avait tant voulu ne pas se lier d'amitié si elle partait aux Jeux...Alors, elle se contenta de répondre, en essayant de calmer l'afflux d'énervement et d'émotions diverses arrivant en elle:

« Je t'aiderai. Parce que c'est le rôle d'une soeur, n'est-ce pas ? »

Et, ô miracle, elle s'aperçut qu'elle souriait, d'un sourire timide. Toute colère s'était évaporée aussi vite qu'elle était venue. Bien sûr qu'elle pouvait être là pour un frère.
Qu'avait elle fait de bien et d'utile dans sa vie? Pas grand-chose au demeurant. Son acte de bonté avant sa mort serait d'aider Hoarang.

« Même si je suis contre le fait que tu souhaites sauver cette fille, parce que ça me paraît injuste et parce que je ne connais rien à l'amour, je t'aiderai jusqu'au bout. »

C'était dit. Elle l'avait déclaré haut et fort, elle ne voulait pas qu'il meure volontairement pour cette fille. Parce qu'il avait une chance de gagner, et il le méritait. Mais Soo Young ne pouvait se dérober et le laisser tomber. Parce que malgré tout ce que cela impliquait, c'était le rôle d'une soeur de protéger sa famille. Ce qu'elle n'avait jamais pu et ne pourrait jamais plus faire pour son jeune frère Kwon. Elle ne connaîtrait pas l'amour avant la mort, mais elle découvrirait quelque chose de bien plus important, l'amour fraternel.

« -T’as une idée de comment on va faire ? »

Elle réfléchit un instant, et son visage s'illumina. Dans le programme coaching, sans doutes cet exercice n'y figurait pas. Mais y'a une première fois à tout, et quoi de mieux que d'engranger la haine pour la laisser éclater au bon moment ? Alors, oui, elle avait une idée. Et quelle idée ! Elle se félicita d'en avoir eu une aussi brillante. Elle sourit à Hoarang, un sourire malicieux cette fois, et lui dit:

« On va retourner au toit. Et là, l'entraînement pourra commencer. »

Pourquoi le toit ? Parce qu'il était grand, parce que personne ne les dérangerait et parce que le centre d'entraînement serait plein, de toutes façons. Puis, crier et courir comme deux tarés ne serait sans doute pas bénéfiques aux oreilles des autres tributs. Donc, direction le toit pour un entraînement intensif, mental comme physique.

________________

On re-continue au toit ? :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

avatar

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   Dim 29 Mai - 15:48

« Je t'aiderai. Parce que c'est le rôle d'une sœur, n'est-ce pas ? »

J’acquiesce en souriant, heureux de savoir qu’elle veut vraiment m’aider. Et même si je n’ai pas encore totalement compris pourquoi elle veut m’aider, je lui en suis éternellement reconnaissant. Enfaite ma réponse donné est presque inutile puisqu’il n’y a pas vraiment à répondre. Et d’ailleurs je lui réponds oui, mais qu’est ce que j’en sais moi ? Je n’ai jamais eu de sœur. Je n’ai pas la moindre idée de quelle rôle doit jouer un frère ou une sœur. Enfaite je pense qu'ils réagissent par instinct et non pas par un rôle qu’ils ont appris. Ben comme moi et Soo en faite. Malgré qu’on ne se connaisse à peine, instinctivement, on sait qu’il faut qu’on s’entraide l’un l’autre.

« Même si je suis contre le fait que tu souhaites sauver cette fille, parce que ça me paraît injuste et parce que je ne connais rien à l'amour, je t'aiderai jusqu'au bout. »

Contre le fait que je sauve cette fille ? Qu’est ce que je dois en comprendre ? Tout s’embrouille tout d’un coup dans ma tête. Comment peut-elle être contre le fait que je veuille la récupérer ? Enfin je comprends pas là. Elle ne la connaît pas même si je lui en ai beaucoup parlé. Elle peut pas avoir de jugement…. C’est vrai que peux d’entre nous connaisse l’amour ici, mais je pige pas pourquoi elle ne veut pas. En quoi ça la regarde personnellement ? Elle veut me protéger de quelque chose que je vois pas. Elle s’inquiète pour moi et sur mon esprit. Elle a peur que si je veuille la récupérer je m’affaiblisse mentalement et pour l’arène ça soit la catastrophe. Elle à raison dans le fond je sais que si j’essaye de la récupérer, je serais mis à l’épreuve.

Et si je l’écoutais ? Et si j’abandonnais l’idée de la sauver pour me sauver moi… Mais elle a plus de raison de moi de vivre et puis, je l’aime. Ca se commande pas. Mais prenons l’hypothèse de si j’abandonnais ma promesse de la protéger, qu’est e que ça fera ? Ben j’aurais pas à essayer de la trouver et donc que je tombe pas sur les carrières. Si j’ai un allié il aura pas à me supporter avec mes histoires de promesse et tout. On pourra élaborer un plan pour passer à l’attaque et surtout survivre dans cette foutu arène. Ben en faite ça serait pas trop mal. Mais si je vois son visage le soir je n’arriverais surement pas à me pardonner de l’abandonner. Je perdrais surement la raison et deviendrais une machine à tuer incontrôlable. Tout ce qui se trouvera sur mon chemin sera transformé en poussière. C’est le meilleur moyen pour me faire tuer. Mais c’est plutôt une bonne solution. J’aurais terrassé pas mal d’ennemi laissant une chance aux derniers non carrière de pouvoir remporter la victoire.

Mais je suis incapable d’abandonné ma promesse. Je l’aime trop pour pouvoir l’oublier. Pas en si peu de temps. Pourquoi je suis tombé amoureux ? J’avais entendu dire que l’amour n’est qu’un nid à emmerde, mais en voyant deux personnes réunit, je pensais que c’était que des conneries. Mais aujourd’hui je me rends compte que ce qu’on dit est vrai. Je n’ai jamais subi une épreuve aussi dure dans ma vie. Même pas quand j’ai tué mon ancien professeur. Cette épreuve, elle est toute nouvelle pour moi et je sais pas comment me comporter pour faire face. Mais j’ai de l’aide pour la surmonter et ça j’en ai bien conscience. Je regarde Soo et lui demande comment elle compte s’y prendre pour s’entrainer.

« On va retourner au toit. Et là, l'entraînement pourra commencer. »

Le toit, c’est une bonne idée. Je sais pas si c’est pour les même raison, mais je trouve c’est une excellente idée. Mais pourquoi pas commencé par là ou tout à commencé, c'est-à-dire, la salle d’entrainement. J’observe les alentours et remarque qu’il ne reste plus que deux ou trois tribut dans la salle. Je comprends maintenant. Il est déjà tard et tout le monde doit être dans la salle en train de s’entrainer. Déjà, avec le monde qu’il y a, c’est pas le meilleur moyen pour se concentrer. En plus, il y a de grandes chances pour que Misha sois avec son copain là-bas. EN même temps, j’aimerais bien savoir quelle tête il a lui. Mais bon ça risque de me détruire si je les voie s’embrasser….. Non enfaite le toit c’est une bonne idée. En plus on sera à l’air libre, et on sera tranquille sans être gêné par les autres.

« - Ok moi ça me va, let’s go »

Je finis de manger mon dessert en quatrième vitesse, me lève et range mon plateau. Ils sont futés quand même ici au capitole. Bien foutu leur salle à manger. Pourquoi on y a pas pensé plutôt au district? Prononcé le mot district ne m’affecte plus. Je suis immunisé contre tout ce qui se rapporte a mon district. J’ai déjà assez pensé à toutes les personnes de chez moi, assez pleuré, et je n’ai plus envie de retourner là-bas. On est plus qu’à quelques jours de l’arène et je ne peux plus me permettre de rechuter. Les tributs peuvent dire que je refuse mon district que je le rejette. Ils peuvent dire n’importe quoi, ce sujet ne m’affecte pas. Et puis, ils peuvent raconter tout ce qu’ils veulent toute façon vais bientôt mourir alors rien à foutre.

Posant mon plateau, on peut dire que j’ai bien mangé. Peut-être un peu trop. Un rot sort de ma bouche sans que je puisse le retenir. Si tout le monde trouve ça dégueulasse, c’est leur problème. Roter après manger, chez nous ça serais presque un privilège. Eh ben oui, si on rote c’est parce qu’on a bien mangé et dieux sait si on manque pas de nourriture dans le douze. Je suis heureux d’avoir comblé ma faim. Mais mon ventre ne le traite pas de la sorte. Des bruits étranges en surgissent, des contractions insoutenables de mon estomac me font comprendre que j’aurais peut être pas dû manger autant, surtout après avoir été malade vingt minutes auparavant. Mais le plus inquiétant, c’est surtout l’envie pressante de faire mes besoins. Jamais mes aliments ne sont descendus aussi vite. Je comprends très vite que le capitole a injectés du laxatif dans la sauce de mon plat. C’est pour ça que j’étais le seul à en avoir pris. Je me retourne vers Soo et lui dit précipitamment :

« - Excuse faut que j’aille au toilette. On se retrouve en haut. »

Pas le temps dans dire plus. Je pique un sprint du mieux que je peux et atteint les toilettes juste avant que je ne lâche le caca de couleur bleuâtre. Quelle bande de … Ils nous foutent dans la merde même avant l’arène. Ils se sont amusés à ajouter du colorant pour nous dégoûter encore plus. Tout gicla d’un coup. Mon débit de caca liquide a été multiplié par 50. Me tordant de douleur, je crie du plus fort que je pouvais :

« PUTAIN DE CAPITOLE !!!!!!!!!! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm the teacher and you're the new student [Hoarang]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tomoya Misaki (kamen Teacher)
» Great Teacher Onizuka(GTO)
» private teacher {pv ; zoey}
» a teacher ? you ? (samuel)
» 02. Hot for teacher. PV Jayden Dashwood

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games :: Centre d'entrainement :: Salle à manger commune-
Sauter vers: