Un jeu imposé, 24 candidats, seul le gagnant survivra.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Hoarang Undersnow

Hoarang Undersnow

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeLun 30 Mai - 16:27

Tirant la chasse pour la centième fois, je ressors des toilettes complètement vidé. Une bonne odeur de pêche camoufle le gaz toxique qui sort des WC. M’assurant que le laxatif a fini de faire effet je retourne à la salle à manger pour m’assurer que Soo n’y était pas. Effectivement, elle est pas là. J’en profite pour me réhydrater et manger un morceau de pain qui m’a l’air tout à fait normal. J’espère qu’il est normal parce qu’après avoir vomi mon premier déjeuner et avoir chié mon deuxième, je commence légèrement à être gavé de ce capitole de merde(…). J’attends environ une minute sans bouger. Rien. Ouf. Soo doit m’attendre sur le toit déjà depuis une bonne demi-heure. Je suis plus à une ou deux minutes près. Je m’avance vers l’ascenseur qui accède aux étages et m’arrête au mien.

J’entre dans le salon et me rends compte qu’en faite je n’ai aucune utilité à venir ici. Mais bon tant que je suis là. Je visite et revisite tout l’appartement comme si c’était la première fois que je venais ici. Je décide de changer de fringues car celle que je porte sont complètement moche. J’avais pas fait gaffe avant mais un tee-shirt vert avec un canard jaune avec les pouce levés, c’est pas très sexy. J’enlève cette immonditée de mon corps et je jette par terre. Je suis gentil, je pense aux autres, je garde du travail aux muets pour pas qu’ils se fassent exécutés. Je prends le temps de choisir un ensemble à mon style. Un tee-shirt blanc complété d’une veste à manche longue grise. Avec un jean, c’est parfait. Je me sens bien dans mes fringues.

Je prends mon temps. J’ai le temps. Soo peut bien attendre un peu au soleil, c’est pas comme s’il pleuvait…. ET MERDE. Je regarde par la fenêtre et vois qu’il tombe des trompes d’eau. Oups. J’espère qu’elle s’est quand même mise à l’abri pour pas attraper la mort. Ben quand même, elle est pas née de la dernière pluie (…). Toute façon, je suis sûr que depuis le temps qu’elle m’attend alors que j’étais aux chiottes, elle a du partir faire autre chose. Ou ptet pas. Un doute surgit en moi et il faut que je me l’enlève. Je monte les quelques marches qui séparent mon étage du toit et ouvre la porte de la cage d’escalier. La pluie bat son plein et je ne vois pas la moindre traces de Soo.

« - C’est bien ce que je pensais…. »

Je commence à redescendre quand je croise Soo en train de monter :

« - Ah cool t’es là. Quelle coordination, à 10 secondes de décalage. Bon go s’entrainer ? »

Je la vois qui me sourit. Je le lui rends puis me retourne et remonte pour arriver sur le toit. La pluie tombe toujours. Bon quand faut y aller, faut y aller. Je m’avance de quelques pas et sens l’eau glacée s’écrasé contre ma peau. Je lève la tête et ferme les yeux pour me laisser transporter. Ces goutes sont douces et rafraichissantes. Un léger frissonnement me parcours et j’adore ça. C’est comme une caresse lente, sur toute la peau, qu’on prend le temps d’apprécier. Mes vêtements deviennent de plus en plus lourds mais je m’en fou. Ça rendra un peu plus difficile l’entrainement. J’aurais presque envie de les arrachés mais c’est le seul moyen que j’ai de me protéger un minimum. Revenant à moi, j’abaisse la tête et tente d’observer les alentours. Comme on voit pas grand-chose, je m’avance jusqu’au muret qui borde l’endroit. M’appuyant dessus, je dit à Soo :

« - Par quoi on commence ? »

J’attends mais aucune réponse en retour. En même temps avec le bruit que fait la pluie c’est sûr qu’on entend pas grand-chose. Je m'éclaircie la gorge (…) et répète ce que j’ai annoncé il y a deux secondes mais en gueulant… Toujours aucune réponse. Je me retourne et plisse les yeux pour mieux voir.

« - Putain on vois pas à deux mètres ! »


Je tourne la tête de tous les côtés mais je ne vois que des ombres. Je m’avance vers la première que j'aperçois mais c’est qu’une bouche d’aération…

« Soo ? Soo t’es là ? »


Je crie Cette phrase sans cesse mais je n’obtiens toujours aucune réponse. Tin de flotte. Je parcours le toit de long en large mais aucun signe de vis de Soo. Après plusieurs secondes de recherches intenses, j’arrive enfin à trouver l’entrée de l’escalier. Je répète une énième fois la phrase. Mais cette fois-ci, ma voix porte beaucoup plus loin. Même en bas de l’escalier on a dû m’entendre. Je me concentre et essaye d’entendre des bruits de pas dans l’escalier mais c’est le silence totale. Pourquoi m’aurait-elle laissé en plan comme ça ? Elle a peut être oublié quelque chose à son étage. Non elle m’aurait prévenu quand même. Bizarre. Ça se trouve elle en a grave marre de moi et m’a laissé sous la flotte comme un con. Non c’est pas son genre.

« - Je suis pas con quand même. Elle était bien derrière moi y a deux secondes non ? »


Dernière édition par Hoarang Undersnow le Mar 31 Mai - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

Soo Young Lim

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeMar 31 Mai - 16:48

Il avait dit qu'il passait aux toilettes et qu'il la retrouverait là-haut, n'est-ce pas ? Soit, mais la jeune fille avait décidé d'occuper son temps entre deux. Ou plutôt, de l'occuper de façon utile, c'est à dire d'aller chercher quelque chose qui favoriserait l'entraînement sous la pluie. Je sais pas moi, des poids, des serviettes, des vestes, de l'eau, des pingouins enragés dansant le tango pour courir après eux ? Avec Soo tout est possible, si si, même les pingouins.

Elle avait donc couru à toute vitesse comme à son habitude jusqu'à son étage. En plus, ça l'échaufferait. Une fois au Septième, qui n'était franchement pas des plus beaux avec ses revêtements verts oscillant vers le marron clair. C'était franchement atroce, et si c'était censé ressembler à leurs forêts, eh bien, c'était totalement loupé. La demoiselle eut une grimace de dégoût. Les gens du Capitole avaient vraiment des goûts hors du commun. Comment ça, non ? Faut vraiment être hors du commun pour se peinturlurer la figure de rose bonbon !

Elle tourna la poignée de la porte de son appartement, après l'avoir déverrouillée. Elle entra à l'intérieur, et un sentiment d'insécurité l'envahit. Elle ne s'était jamais sentie aussi seule que dans son appartement. Le silence était pesant, il n'y avait aucune présence à part la sienne, et pour seul bruit celui de sa respiration. Pas même un animal, du genre un oiseau, ou un cafard. Rien de ce genre. Juste le bruit régulier de Soo Young qui inspirait, expirait.

C'est dans ce silence consternant qu'elle entra dans son appartement en gros bordel, ça lui rappelait un peu chez elle où sa chambre était 312 jours par an sens dessus-dessous. Elle croisa sa mentor, qui fit un bond d'un mètre parce qu'elle ne l'avait pas entendue rentrer. Quelle discrétion, héhé. Elle se félicita elle-même, toute fière, tandis que sa mentor ouvrait le frigo et la regarda d'un air consterné en saisissant une bouteille.

« Tu as...encore pris de...ça !? »

Soo Young se mit à rire comme une déjantée, au sens littéral, et lui répondit:

« J'avais soif ! »

La mentor tendit la bouteille, l'air complètement exaspérée par l'énergumène qu'était la demoiselle. Mais bon, on n'y peut rien, "le soja c'est la vie". La bougresse se saisit de la bouteille et beugla en tournant sur elle-même et en déboulant dans la salle principale. Elle entendit la mentor chuchoter "oh mon dieu...". Elle avait l'air si grave que ça ? Visiblement ça atteignait des sommets. Cette perspective la fit rire encore plus.

Elle décapsula la bouteille de lait de soja, et but jusqu'à plus soif. Elle poussa un long soupir de contentement. Si meilleur que le cappucino il existait, aucun doute, c'était le lait de soja. Elle rit une nouvelle fois, telle une ivrogne, et lança à la mentor, d'un air de petite fille heureuse et un peu dérangée:

« Le soja, c'est la vie-euh ! »

Elle tâcha de se calmer, mais la tête que faisait sa mentor provoquait des crises de fou-rires irrésistibles. Elle en avait les larmes aux yeux. Les grimaces involontaires de la vieille femme étaient simplement impayables. Mais elle ne rit pas plus longtemps, repensant que Hoarang l'attendant sûrement. Elle se saisit donc d'une veste à capuche, de bouteilles d'eau, et elle sortit en trombe direction le toit.

Malgré le bruit de la pluie battant contre la cage d'escaliers, elle entendit des voix de là-haut. Probablement celle de Hoarang, qui l'avait vue, enfin elle présumait, parce que le garçon criait quand même son prénom.

« Soo ? Soo t’es là ? »

Bien vu l'aveugle, seulement elle arrivait à peine, elle était même tout en bas, faut dire que le jeune homme était bruyant. Et voilà, elle en était sûre, il devait se faire *PAMPLEMOUSSE* depuis une demi-heure et pensait qu'elle était arrivée. Mais que neni mon cher ! Elle était très à la bourre, en fait, faute de trip complet dû à l'ingurgitation du lait de soja. Mais elle se devait d'en boire, parce que "Composé de phytoestrogènes et d’isoflavones, sa consommation est fortement conseillée à la gent féminine. Il permet en effet de prévenir certaines maladies et de remédier aux troubles hormonaux se manifestant chez les femmes ménopausées". Bien qu'elle n'ait pas encore hérité de ce dernier point.

« Ouaiiiiiiis, j'suis làààà ! »

Elle riait comme une tordue. Elle-même ne voyait pas ce qu'il y avait de drôle. Sa tête tournait, elle se sentait joyeuse, comme alcoolisée....ALCOLISEE. Elle regarda sa bouteille avec effroi. Elle ignorait ce que c'était, la tequila, mais ce mot sonnait marrant, alors elle se mit à rire. Elle dérapa dans les escaliers, et se releva, les yeux baignés de larmes, cette fois dûes au rire. Elle n'en pouvait plus tant elle riait, alors elle s'autorisa une pause dans les escaliers.

Elle y serait restée un peu plus longtemps que trente secondes si il n'y avait pas eu un fantôme moche qui lui proposait un pacte pour acheter des ciseaux à côté d'elle. A cette vision, elle brailla à moitié et se dirigea vers le toit. Une fois en haut, elle se mit à rire de plus belle. Quoi, n'était-ce pas extraordinaire ? Qui a l'aubaine de faire un pacte avec un mort pour qu'il lui vende des ciseaux ? Attendez....hein ? Elle porta sa main à son front, et souffla.

« Wow, le lait d'soja c'est hyyyyyyype ! »

Elle tomba sur le côté brutalement. Assise, hébétée, elle se demanda ce qu'il y avait dans le lait de soja. Ou dans le pain bleu. Ah non...Elle n'y avait pas touché. Bon, eh bien espérons que ça passerait vite, pour le moins, disons que cette situation était légèrement gênante.
La jeune fille aperçut alors le grand noir qu'était son ami. Elle lui sourit et fit coucou de la main. Il l'avait cherchée, alors autant le rassurer. Mais...il était de dos. Elle l'interpella donc.

« Hoaraaaaaaaang ! » lança-t-elle avec un grand sourire. « Tu lui a acheté, ses ciseaux, à Monsieur Casper ? »

Mais il ne se retournait toujours pas, et continuait de crier comme un déluré "Soo, t'es là ?". La bougresse faillit se vexer, pour peu elle aurait boudé. Jusqu'au soir, minimum ! Elle rit. Pourquoi elle riait ? Rien ne prêtait à rire. Ah, si. Elle était allongée, rampant limite vers Hoarang, qui criait son prénom. Au théatre, on aurait appelé ça un comique de situations. Non ?

« YOOOOOOOO ! J'suis là, ici, à tes pieeeeeeds ! »

Ca sonnait très soumise, cette dernière phrase. M'enfin bon, comment signaler sa présence autrement ? Elle décapsula une autre bouteille de pseudo- lait de soja et la porta à sa bouche. Finalement, c'était pas si mauvais. Elle regarda de nouveau son ami. Pourquoi ils étaient là, déjà ? Bonne question... Ah, oui, bien sûr ! L'entraînement. Elle lui lança :

« Ho, on doit s'entraîner, non ? »

Elle tourna sur elle-même, et cela lui rappela sa vision d'horreur de l'autre jour. Car l'autre jour encore, elle passait devant la salle des stylistes, et avait aperçu une bande de jeunes prépubères tourner sur elles-mêmes, et avec en prime des gens pour prendre note de tout ça. Prends sur toi Soo, vomir n'est pas une option ! e.e Peut-être pas à ce point, mais disons que l'expression de dégoût sur le visage de la jeune fille ce jour-là avait été assez expressive.

Elle se releva alors, titubant légèrement. Elle fit un signe du bras et contempla le toit. Il y avait de la place, ça pouvait être amusant. Allier entraînements et amusements, ça pouvait être une bonne chose. Puis elle se mit à courir en beuglant des absurdités (qu'il vaut mieux ne pas citer parce que nous sommes peut-être lus par des enfants), laissant ses bras pendre sur le côté de son corps.

« Hé, suis moi ! Crie ta rage contre ce....ce mec là, le copain à Misha ! »

Se défouler, c'était agréable, par moments. Surtout quand on avait vraiment les nerfs. Elle espérait que Hoarang se mettrait à beugler lui aussi, du genre "machin, j'aurai ta peau !" tout en courant. Elle avait vu ça elle ne savait plus où, c'est une bonne technique à ce qu'il paraît. On extériorise, mais on se remplit d'une force nouvelle en même temps. Du genre, être furieux quand on le veut, au bon moment. Et, aux vues des motivations de Hoarang, c'est comme qui dirait un bon plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

Hoarang Undersnow

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeMer 1 Juin - 15:38

« Je deviens complètement barge moi »

Soudain, des bruits surgissent de la cage d’escalier. C’était quoi ça ? Ça me donne des frissons dans le dos. C’est pas humain. Un mélange de rire moitié forcé, de bruit de coup, et des paroles incompréhensible. Soit la personne est complètement con soit c’est une chose génétiquement modifié. Un monstre ? Soit pas con Hoarang y a pas de monstre ici dans le capitole. Les monstres, ils sont dans l’arène. Tu les verras pas avant quelques semaines, si tu es dans le top quatre des survivants. Eh ben quoi? Je me rassure comme je peux. Parce que je sais pas pour vous, mais moi sur le toit d’un immeuble, sous un déluge de pluie, avec des bruits bizarre qui viennent de la cage d’escalier, excusez-moi du peu, mais c’est légèrement flippant quand même. Surtout que je pourrais pas m’enfuir si je le vois puisqu’il bloque la seule sortie de cet endroit. A qui je parle moi ? Je suis tout seul sur ce toit. Putin d’idée de merde qu’elle a eu Soo… Pourquoi elle arrive pas d’ailleurs ? C’est qui est un peu à la bourre et ben elle est quand même pas là… Comme à la salle à manger. Sauf que là-bas je me sentais un peu plus en sécurité qu’ici.

Puis je sens comme une présence derrière moi. Sous la pluie, je ne vois qu’une ombre arrêté en plein milieu du toit.

« T’es qui ? »

J’essaye d’apercevoir qui était ce mystérieux inconnu. Impossible. Je demande au hasard :

« Soo c’est toi ? Eh Soo si c’est toi répond moi. L’ombre s’avance de quelques pas vers moi et s’arrête à nouveaux. Je plisse les yeux pour mieux voir. Soo t’es là ? »

« YOOOOOOOO ! J'suis là, ici, à tes pieeeeeeds ! »

Je sursaute en entendant la voix qui vient de juste derrière moi. L’adrénaline est montée en moi en moins d’une demi-seconde. Tentant de me clamer je me retourne et vois Soo allongée à mes pieds en train d’ouvrir une bouteille. Même avec la pluie elle empeste l’alcool. Oui je connais bien l’alcool, au foyer avec mon pote, on se demandait pourquoi l’alcool rendait les gens bizarre. Soo, beurrée ? Non c’est pas possible. Même si je la connais que depuis aujourd’hui c’est pas son genre d’être soul. C’est une hallucination….. Oh merde… Je me retourne brusquement et je vois que l’ombre qui était présente n’est plus. Putin je deviens complètement fou. Secouant la tête pour reprendre mes esprits, je ferme les yeux et me retourne encore une fois pour venir en aide à Soo.

« PUTIN ELLE EST PLUS LA !!! Ça tourne vraiment pas rond là haut »

Je la cherche du regarde mas je vois que dalle. Je fais demi-tour et vois Soo qui court sur le toit en tenant des propos incohérents. Non cette fois-ci je me ferais pas avoir.

« Calme-toi Hoarang, c’est juste ton imagination. La fille bourrée en train de courir sur le toit c’est pas Soo. Soo est encore dans le centre et va arriver d’une minute à l’autre. Maintenant tu vas fermer les yeux, souffler un bon coup, et quand tu les rouvrira, il n’y aura plus personne. »

Je me bouche les oreilles, ferme les yeux, souffle de tout mon être et attend plusieurs secondes. Je me détends à mon maximum et relève la tête. J’entrouvre en œil et vois toujours la fille qui court. JE cire de plus fort que je peux :

« Putin, c’est quoi ces histoires. Je hais ce foutu capitole, je hais la pluie, je hais la vie. »

Bon quoi c’est vrai. C’est à cause du capitole si je suis dans cet état. A cause du pauvre bout de pain que j’ai mangé tout à l’heure. Qu’est ce que j’ai fait pour mériter ça. Tout ça parce que je suis black…. Non mais je suis trop baraque. Si j’avais pu prévoir que mes muscles allaient m’entrainer tout ça, j’aurais jamais commencé à me fortifier. Bon peut-être qu’en faite la fille là-bas c’est Soo… Soo qu’est soul, c’est assez amusant en faite. Un peu effrayant aussi. Faut que j’en aie le cœur net. Je tente une approche vers la fille mais je bute contre un objet. Une bouteille vide. J’arrive à lire sur l’étiquette le nom de « Tequila ». Je regarde perplexe la bouteille et sens l’odeur qui s’échappait encore du l’intérieur. Je retire brusquement mon nez du dessus du récipient avec dégout.

« C’est bien ce que je pensais, de l’alcool. Pourquoi elle a pris de l’alcool ? M’étonne pas qu’elle danse et qu’elle tienne des propos suspect sous la pluie. »

Mais... Une hallucination, on est pas censé pouvoir les toucher. Surtout si c’est un objet et pas la personne en elle-même. Donc c’est vraiment Soo qui est là-bas. J4arive à deux mètre d’elle quand j’entends enfin ce qu’elle raconte :

« Hé, suis moi ! Crie ta rage contre ce....ce mec là, le copain à Misha ! »

Je la vois avec une bouteille identique à celle que j’ai ramassée. Je m’approche jusqu’à ce que je puisse l’atteindre et la lui prends de force. Je la jette derrière moi. Par malchance elle passe par-dessus le toit et rebondit sur le champ de force. Bon en toute urgence, c’est de s’occuper de Soo qui est complètement bourrée. Je sens un violent coup s’abattre dans mon dos. Qui est assez lâche pour s’attaquer un deux personnes vulnérables, sous la pluie, de dos ? Je me retourne et scrute le paysage. Je me rends compte que c’est la bouteille qui est revenu. Je la vois qui roule par terre. Je donne un violent coup de pied dedans et elle vole jusqu’à ce briser contre le muret.

« Va pas commencer à me faire chier, je suis déjà assez dans la merde comme ça »

Et puis la pluie qui continue toujours de tomber. Je sens la colère qui monte de plus en plus en moi. J’essaye tant bien que mal de me calmer, attrape Soo par les épaules et la secoue de toutes mes forces :

« Eh oh, Soo, calme-toi. C’est pas le moment de danser ni de rire. Viens on rentre à l’intérieur et on va se réchauffer un peu car là, t’es pas en état de t’entrainer et moi non plus »

Je la lâche et la regarde d’un air perplexe. Est-ce qu’elle m’a au moins entendu ? Elle était blanche. Aussi blanche que moi tout à l’heure. J’espère pas pour elle qu’elle va pas finir comme moi j’ai finis. J’allais la prendre pour le bras pour l’entrainer vers la cage d’escalier quand j’entends siffler quelque chose derrière moi. Je lève la tête et m’aperçois qu’on est entouré de mutations génétiques et de leur maître.

« Ne faites plus un geste, nous dit un des maitres. »

« Soo arrête de gigoter et fais ce qu’il dit »

Je tente de m’avancer de quelques pas mais ont braques des fusils sur moi. Je recule jusqu’à ce que je me cogne contre le tribut du sept et avale ma salive. Un chien, qui semblait fou à l’idée de nous tuer essayait de courir vers nous. Son maitre plus faible que les autres n’arrive pas à le retenir et je vois ma dernière heure sonner. La mutation saute sur moi et je m’écroule par terre. Il ouvre sa gueule et essaye de m’arracher la gorge. Je tente de me débattre mais rien à faire, il est trop lourd. Je sais qu’il est trop tard pour moi alors je me relâche et ferme les yeux. JE serre les dents à l’idée d’avoir mal, mais rien. Je reste comme ça plusieurs dizaines de secondes mais aucune douleur ne surgit. Je n’entends plus le chien et son souffle au-dessus de ma tête ni le maitre qui tente de le rappeler. J’ouvre les yeux et voit que je suis allongé sur le sol. Je me redresse et regarde tout autour de moi affolé. Rien. Plus personne. Etonné, je me relève et constate que je n’ai aucune blessure. Soo par contre est toujours là. Je marche vers elle et lui demande come si ça pouvait être elle :

« Qu’est ce qui s’est passé ? Comment t’a fais ça ? »


Dernière édition par Hoarang Undersnow le Mer 1 Juin - 18:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

Soo Young Lim

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeMer 1 Juin - 17:43

« Eh oh, Soo, calme-toi. C’est pas le moment de danser ni de rire. Viens on rentre à l’intérieur et on va se réchauffer un peu car là, t’es pas en état de t’entrainer et moi non plus »

Hum ? Qu'est-ce qu'il veut, lui, hein ? Elle eut envie de lui crier sa haine, et ne se gêna pas pour le faire, par ailleurs:

« Rabat-joie ! »

Elle passa un revers de manche sous les yeux, comme pour arrêter la pluie. Mais, visiblement, et évidemment, ça ne marchait pas. Une idée brillante lui vint. Si, quand on chantait mal, on faisait venir la pluie, en chantant bien, on pouvait la faire partir, non ? C'est donc avec une étonnante ferveur et un grand sérieux que Soo, d'une voix claire mais un peu embuée par l'alcool, se mit à chanter. Ce qu'elle chantait ? Bonne question. Un truc appelé Lollipop, elle pensait. Elle se sentait totalement ailleurs, quand elle chantait, comme si tout disparaissait.

Mais tout réapparut. Ca se passa très vite, en fait. Elle vit Hoarang avoir un geste craintif, et lui déclarer « Soo arrête de gigoter et fais ce qu’il dit ». Bien sûr elle se débattit encore plus et bien sûr elle se demanda ce qu'il racontait, parce que personne n'avait rien dit. Il s'avança, puis recula rapidement jusqu'à cogner Soo, qui gémit et se mit à beugler de nouveau des injures abominables. Elle pensa que Hoarang l'avait mal pris, parce qu'il se mit à rouler par terre en se débattant comme un taré. Elle haussa un sourcil, dubitative, et lui lança:


« Hoarang, arrête de gigoter et fait ce que je te dis. »

Puis elle se mit à rire. Oulà ! Depuis quand elle n'avait pas été cuitée comme ça, hein ? Depuis un mois et quelques semaines... Elle était dans son district pourri, dehors, pas loin de sa cabane dans les arbres. Une certaine nostalgie la prit soudain. Une nouvelle envie de chanter la prit. Quelque chose d'incompréhensible, mais qu'elle seule pouvait comprendre.

« Girl I swear I won’t even for a second cause you any pain but in order to protect you there’s already no other way... »

Elle avait chanté cela très calmement cette fois. La musique allait bien avec la pluie, et sa voix rappelait une certaine tristesse. Comme elle aurait voulu un piano sous la main, à ce moment-là ! Elle releva doucement la tête vers la pluie, et s'en prit plein le visage. Les gouttes lui fouettaient le visage, cela la requinquait nettement. Elle reprenait ses esprits, lentement.

Alors elle comprit qu'elle devait aider Hoarang. Ce qu'il avait ? Elle n'en savait rien. Peut-être encore une indigestion. Elle fouilla ses fournitures et trouva une aiguille. Elle s'approcha du garçon, saisit sa main, immense par rapport à la sienne, petite et délicate. Elle se saisit de l'aiguille et la planta au milieu du doigt. Elle avait appris cela chez elle. On pique ici pour les indigestions, et drogues diverses.

« Te débat pas, t'ira mieux après ça. »

Elle se souvint de ses paroles. Comme quoi il devenait complètement barge. "Et moi aussi", pensa-t-elle en soupirant. Dans quel état elle s'était foutue ? Elle avait le chic pour s'empêtrer dans des situations impossibles juste avant quelque chose d'important. Enfin bon, pour ça faut bien s'appeler Soo Young Lim, hein. Si elle était née Cunégonde Dupont elle serait peut-être chez elle, voire au Capitole, à attendre que les tributs se pressent dans l'arène.

Ahlala, son vieux district ! Comme il pouvait lui manquer, maintenant ! Quant à sa famille ? Elle se demandait ce que pensait son père, si sa mère se faisait encore les ongles sans avoir compris que sa fille allait mourir, si son frère était maintenant une bête de délinquant. Non, quand même pas. Ce blond, un peu plus grand qu'elle de taille et de mental, mais bien plus jeune en âge, n'avait pas l'étoffe du voyou. Mais on sentait bien que, sous les baisers de sa mère, il étouffait.

Soo Young se reprit et chercha une caméra quelque part. Quand elle en trouva une, sur un bord du toit, loin de Hoarang, elle la prit entre ses mains, et déclara, le ton pressé:

« P'tit frère ? Ecoute moi bien. Je ne pourrais sans doutes plus te le dire après, donc...On n'a qu'une vie, d'accord ? Fais-en ce que tu veux, ne laisse personne te déstabiliser, ni t'empêcher d'aller vivre tes rêves. Et, retiens bien ça: même si tu veux vivre ta vie comme tu l'entends, vis-la bien. J'ai changé de point de vue, en étant ici. Ne suis pas l'exemple de ta grande-soeur. Elle n'a rien fait de bien, elle. Mais je te promets qu'elle changera ça. Une dernière fois... »

Elle se mordit la lèvre inférieure en repensant à son petit frère, esseulé. Elle espérait sincèrement qu'il continuerait une belle vie, et même sans sa soeur, qu'il irait jusqu'au bout de ses envies, qu'il vivrait comme il l'entendait. Elle n'espérait plus qu'il sorte de sa timidité, elle espérait juste qu'il aurait une vie heureuse. Et que ses enfants n'auraient pas à subir l'arène. Elle s'en rendait compte, à présent, tout ce que représentait cette foutue arène.

« C'est plaisant de te parler, je suis sûre que tu m'entends. Je dois avoir l'air d'une folle, non ? J'ai un peu une gueule de bois, et puis je suis trempée, et en compagnie d'un fou qui se roulait par terre à la seconde. » elle tourna la caméra vers Hoarang. « Ne t'en fais pas pour moi, il fait beau et chaud ici. » elle rit, puis grimaça en entendant un coup de tonnerre. « Enfin, c'est vite dit. Tu me connais, je vais devoir te laisser...Quelle rude concurrente je fais ! Ne m'oubliez pas, chez nous. Dis à papa et maman que je les aime. »

Des larmes lui vinrent, alors elle détourna la caméra d'elle et partit dans un coin du toit. Là, elle pouvait lâcher ses larmes, brèves, chaudes. Puis elle se reprit. Elle n'avait jamais autant pleuré avant d'être ici. Penser à ce dont elle aller devoir renoncer lui faisait mal, la blessait. Jusqu'ici, sa vie avait été belle, et mouvementée, certes. Mais elle ne regrettait rien. Là, la chance virait... Pourquoi était-ce tombé sur cette jeune fille pleine de vie ?

Après un court instant sur le coin du toit, elle se retourna et fit un grand sourire qu'elle voulait rassurant à Hoarang. Ses idées étaient encore embrouillées à cause de l'alcool, mais elle se sentait mieux. Elle lança donc au garçon, étrangement pâle:

« Ne rentrons pas. J'ai une meilleure idée. Extériorisons. »

Sous-entendu, lâchons-nous. Elle voulait que Hoarang raconte tout de sa vie, pour faire le point, comme elle l'avait partiellement fait, il y a quelques minutes. Quitte à faire quelque chose, autant faire un truc utile, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

Hoarang Undersnow

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeSam 4 Juin - 20:10

« Qu’est ce qui s’est passé ? Comment t’as fait ça ? »

Elle a pas du m’entendre. Je repère une caméra à une dizaine de mètres de moi et Soo qui lui parle. Qu’est ce qu’elle peut bien raconter ? Et puis après tout elle fait ce qu’elle veut, c’est ça vie. Je vais pas aller la gêner mainteant. Ça doit être assez important. Je reste donc là les bras croisés, prenant la pose, à la regarder. Je la vois qui s’en va à l’autre bout du toit, là où ni moi ni la caméra ne peut l’interpeler directement. Elle a fini avec la caméra, c’est peut être le moment d’aller la voir.

Je m’avance donc vers elle à grands pas en guettant si les hommes et les chiens génétiquement modifiés ne reviennent pas à l’assaut. Et puis à quoi bon tout façon. Même si je les repère un peu avant qu’est ce que ça changera ? Ils nous tueront de la même manière et on pourra rien pour les arrêter. J’arrive à la hauteur de Soo. Je la vois avec les yeux un peu rougis. Des perles glissent sur ses joues lisses. Je ne peux pas trancher entre des larmes ou seulement le ruissellement de la pluie. Je les essuie et découvre qu’elles sont chaudes. Des larmes. Elle a pleuré, maintenant c’est certain. Pourquoi a-t-elle pleuré? Je sais pas. Surement a-t-elle dit quelque chose à la caméra d’émouvant. Quoi d’autre sinon ? Je sais pas de quelle gravité ce qu’elle a dit peut avoir sur elle, mais c’est certain que l’effet de l’alcool doit l’amplifier. Je la vois qui me sourit, un sourire rassurant pour dire que tout va bien. Je hoche la tête pour lui dire que c’est bon et elle me dit :

« Ne rentrons pas. J'ai une meilleure idée. Extériorisons. »

Ah ben si, finalement, elle m’a quand même entendu tout à l’heure. Ça fait plaisir de savoir que même bourrée, elle reste un minimum lucide et attentive à ce qui l’entour. Bon a par les monstres de tout à l’heure, où on avait l’impression qu’elle n’en avait rien à faire d’eux. Bizarre. Enfin bon, passons. Extérioriser ? Qu’est ce qu’elle entend par là ? Qu’on se raconte toute notre vie et nos secrets ? Qu’on dit tout ce qu’on a sur le cœur ? Ou bien alors ce qu’on pense de tout ce qui se passe en ce moment ? Et pourquoi pas les trois ensembles ? N’importe laquelle de ces trois solutions me convient. Je lui annonce donc:

« C’est d’accord extériorisons. Mais avant toute chose, il vaudrait mieux pas que certaines choses restent entre nous. »

Je veux dire par là, sans que tout Panem le sache, sans que personne nous observe. La caméra. Même si on est loin d’elle et qu’il pleut toujours autant, il vaudrait mieux être prudent. Et puis s’il y en a une au bout du toit c’est que d’autres doivent se cacher près de nous. Je me retourne et m’avance jusqu'à la caméra où Soo avait fait son annonce. Je lui fais un grand sourire moqueur avec l’index et le majeur levés. Pourquoi ces doigt là ? Tout simplement parce qu’ils forment le V de Victoire. Tout le monde le fait mais personne n’en connait la signification. Moi je la sais et je l’utilise quand je sais que la victoire est assurée. Dans l’arène, j’espère que je pourrais faire souvent ce signe car ça représente, pour moi, mes efforts et ma détermination.

Je me mets en position un décoche un violent coup de pied. La pauvre caméra, qui ne fait que son travail, s’arrache d’un coup de son socle et atterri quelques mètres plus loin. C’est pas très futé une caméra. Je rigole en voyant toute ces sœurs jumelles s’étendre au maximum pour filmer ce que je viens de faire. Complètement débile. Je fais le tour du toit et dégomme une par une chaque caméra qui se présente sur mon chemin. J’en ai déjà détruit quatre quand j’arrive en face de la dernière. Celle-ci, je lui réserve un traitement spécial. Il pleut toujours autant, parfait. Je disparais sous la pluie. La caméra me cherche partout mais impossible de me trouver. Je me faufile comme je sais si bien le faire derrière elle et la prend à deux mains. Complètement bloqué, je la braque sur l’entrée de la cage d’escalier. On ne peut pas me voir mais on m’entend très bien :

« Vous voyez. Oui vous le capitole, maintenant c’est moi qui vous contrôle. Vous nous prenez pour des bêtes de scène, alors regardez ce que ça fait quand l’une d’elle se rebelle et prend le contrôle. Je peux comprendre que vous me prenez pour un fou en prenant le contrôle de cette pauvre caméra, mais si tout le monde en fait autant qu’est ce que vous feriez ? Si chaque habitant de Panem prenait possession de quelque chose que contrôle le capitole Hein ? Alors ? Et bien vous seriez dans le caca. Dans la merde jusqu’au cou. Je sais très bien que vous n’allez pas diffuser ce que je suis en train de faire mais vous, VOUS, vous le voyer et vous savez tout autant que moi que ce que je dis est vrai. Et maintenant que je vous ai dit ce que je pense du capitole, voici ce que j’en fais. »

Je me place devant la caméra le sourire aux lèvres, un sourire sadique et fier. Je fais pour la dernière fois le signe du triomphe et prononce du bout des lèvres qu’ils ont perdu. D’un coup sec, J’arrache la caméra et la projette de toutes mes forces contre le mur. Elle explose en mille morceaux en s’écrasant dessus et retombe, complètement disloquée, sur le sol mouillé. Et voilà ce que j’en fais du capitole. Je me retourne vers Soo, qui est à quelques pas de moi, et lui annonce dans un seul regard que je viens d’appliquer ce qu’elle a proposé. J’ai extériorisé mes idées, mes pensées en m’y prenant au capitole. Mais à quel prix ? J’entends déjà dans la cage d’escalier monter la garde du centre. Je sais qu’ils vont m’emmener dans un endroit tranquille, hors du monde et vont me tuer pour ce que j’ai dit. A moins qu’il me tue sur place pour détruire aussi Soo mentalement, comme ça fera deux menaces en moins. Car elle aussi elle a entendu ce que j’ai dit et pourrait se rebeller.

Je les vois apparaitre dans l’encadrement de la porte et se faufiler entre les gouttes pour m’encercler. Je regarde autour de moi et dix fusils sont braqués sur moi. Je le savais. Ils ont préféré choisir la deuxième option, bande de chien. Je tourne sur moi-même pour observer chacun des mes futurs assassins dans les yeux. Même avec la pluie, mon regard arrive à trouver le leur et la détermination que je lance à travers celui-ci les faits hésiter un moment. Puis un coup de feu partit. Je sens un liquide couler sur ma poitrine. Non pas de l’eau mais du sang. Mon sang. Je regarde ma blessure. En plein dans les poumons. Ces salauds m’ont eu dans les poumons. Je sens l’air glacé me traversé tout le corps. J’entends une voix lointaine. C’est celle de Soo. Je l’entends qui crie de tout son corps et qui pleure pour moi. Je lui adresse un dernier sourire et un hochement de tête. Ma respiration devenait incertaine, plus bruyante, plus rapide. Et puis une deuxième balle. Celle là, en plein cœur. Quelle bande de bâtards. Mais cette fois ci je ne peux pas réagir. Je m’effondre sur le sol et attends que les ténèbres s’emparent de moi.

Ça y est, je suis parti pour un long voyage vers les pénombres. Je n’entends plus les cris assourdissant de Soo, ni les bruits qu’émettent les gardes. Seulement la pluie battante. Je me sens lourds, toujours aussi lourd que quand j’étais vivants. Vivant ? Je tente d’ouvrir les yeux et j’y arrive facilement. Ma respiration est toujours rapide mais un détail m’échappe. Pourquoi je ne suis pas mort ? Je ne vois aucune trace de sang autour de moi. Je tâte ma poitrine, rien. Je lève la tête, Soo est toujours là. Alors le paradis ressemble-t-il au réel ? Je crois pas non. Le monde des vivants ressemble plus à l’enfer qu’au paradis. Ça veut dire que je suis encore vivant. Je me relève sans mal et essaie de comprendre ce qui s'est passé.

Discrétion: réussite critique
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soo Young Lim

Soo Young Lim

Féminin Bélier Singe
Messages : 63

Feuille de personnage
Âge: 17 ans
Tribut: District Sept

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeMar 7 Juin - 19:28

Le garçon s'approcha d'elle, la contempla longuement, puis finit par essuyer les larmes sur les joues de la jeune fille. Cette dernière eut un mouvement de recul instinctif, puis elle se laissa faire en silence. Elle devait s'en souvenir, Hoarang n'était pas son ennemi. Pas encore. Dans quelques jours, elle aurait droit de se méfier de lui. Le jeune homme prit la parole.

« C’est d’accord extériorisons. Mais avant toute chose, il vaudrait mieux pas que certaines choses restent entre nous. »

Hum ? Mais encore ? La jeune fille se demanda ce qu'il entendait par-là. Cet idiot venait de la voir prendre une caméra et lui parler. Il devait savoir qu'ici, l'intimité devait être un sujet tabou. Quand on regarde toutes ces femmes du Capitole, ou même ces hommes qui se baladent nus sur les plages, on se demande si le mot "privacy" entre dans leur langage et leur mode de vie. Alors vous pensez bien qu'ici, sur un toit où des jeunes rebellés par leur situations ne sont que deux (plus les amis imaginaires du garçon), les caméras étaient nombreuses.

D'accord, ces deux situations n'avaient aucun rapport. Mais chercher un peu d'esprit sensé chez Soo Young, ça reviendrait à la même chose que chercher une raclette chez un libraire ou encore un string dans une église. Enfin bon passons, la bougresse vit le jeune homme s'emparer de la caméra vers un bord du toit , lui décocher un violent coup de pied, ce qui la fit atterir dans un coin, et le garçon lança un spitch du tonnerre:

« Vous voyez. Oui vous le capitole, maintenant c’est moi qui vous contrôle. Vous nous prenez pour des bêtes de scène, alors regardez ce que ça fait quand l’une d’elle se rebelle et prend le contrôle. Je peux comprendre que vous me prenez pour un fou en prenant le contrôle de cette pauvre caméra, mais si tout le monde en fait autant qu’est ce que vous feriez ? Si chaque habitant de Panem prenait possession de quelque chose que contrôle le capitole Hein ? Alors ? Et bien vous seriez dans le caca. Dans la merde jusqu’au cou. Je sais très bien que vous n’allez pas diffuser ce que je suis en train de faire mais vous, VOUS, vous le voyer et vous savez tout autant que moi que ce que je dis est vrai. Et maintenant que je vous ai dit ce que je pense du capitole, voici ce que j’en fais. »

Diantre, l'ami aurait-il pêté un cable ? Tout en réfléchissant sur les probabilités qu'il ait viré légume ou non, elle le regarda envoyer la caméra à perpet et finir par s'écraser contre le mur avec une violence assez...explicite ? Puis le jeune homme se tourna vers Soo Young, et d'un regard d'une certaine éloquence, déclara qu'il avait extériorisé.

Puis, il se passa quelque chose d'encore plus étrange qu'alors. Hoarang tourna sur lui même, d'un air farouchement déterminé, puis eut un mouvement de recul léger avant de contempler son torse. Après cela, il se tourna vers la jeune fille et lui sourit d'un air entendu. Puis il continua dans son délire, sa respiration devenait bruyante et pénible, lorsqu'il s'effondra sur le sol. Damn it ! Après c'est Soo la délurée, HEIN ? Bon au lieu de s'envoyer des fleurs autant aider le jeune homme.

« Heu, ça va l'faire ? Tu va t'en remettre ? En tout cas, j'aime ta façon d'extérioriser, c'est, comment dire, particulier ! »

Tout cela dit avec une pointe d'ironie bien sûr. Quoiqu'elle admire sa façon de se détendre. Elle, son seul moyen pour se calmer était de danser et de s'épuiser. Pas moyen autrement. Ni les larmes, ni l'alcool, ni la violence sur des objets inanimés ne pouvaient la calmer. Ils lui offraient, certes, un semblant de réconfort. Mais ça s'arrêtait là. Si elle aussi pouvait faire la morte pour se détendre ! Elle y songea sérieusement pendant quelques secondes, et, au visage du garçon, s'arrêta net. Il était on ne peut plus sérieux. Tandis qu'il se relevait, elle lança :

« Tu...es sûr que ça va ? »

Parce que pour elle, en regardant le garçon, rien n'était moins sûr. Ou peut-être voulait-il se rebeller une dernière fois. A ce stade les tributs étaient irremplaçables. C'est dans l'arène que Hoarang paierait. Maintenant elle avait le choix: ou s'attirer les foudres du Capitole pour qu'on laisse son ami tranquille, ou dévier le sujet. Pourquoi pas les deux ?

« Tu connais la fable des membres et l'estomac ? »

Elle n'attendit même pas sa réponse, et se mit à narrer.

« En gros, ça parle des membres qui travaillaient, s'épuisaient à la tâche même, et ce pour l'estomac, qui lui ne faisait rien. Alors, les membres ont décidé de se rebeller. Mais peu à peu ils se sont aperçus que sans l'estomac, ils dépérissaient, eux aussi... »

Dans la bouche innocente de Soo, ces mots sonnaient comme une tentative d'apaisement. Mais c'était mal connaître cette petite tornade. Parce qu'une tornade peut faire des ravages, tout balayer en une phrase.

« Tu penses que le Capitole est l'estomac, au début... Mais non, en fait. C'est les membres. Dans le sens où sans nous, ils ne survivraient pas. On n'y peut rien, nous deux, insignifiants tributs. Mais...j'espère sincèrement que les gens qui nous regardent y pourront quelque chose, eux. »

Une phrase pleine de lourds sous-entendus. Elle le paierait, mais de toute façon elle allait mourir, quelle que soit la manière. Elle n'avait pas sa place dans les Jeux, elle le savait pertinemment. Sans alliés, contre des carrières du genre de cette fille du Un, qui avait proféré des choses autrement plus provoquantes à l'intervew que ses précédentes paroles. Mais Hoarang, il devait gagner, ou aider Misha, comme il voudrait finalement. Alors, autant l'aider à vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hoarang Undersnow

Hoarang Undersnow

Masculin Capricorne Chien
Messages : 183

Feuille de personnage
Âge: 18
Tribut: District Douze

Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitimeJeu 9 Juin - 17:28

J’essaye de reprendre mes esprits et de comprendre ce qui s’est passé quand Soo vient vers moi et me demande si j’allais bien. Est-ce que j’ai l’air d’aller ? Je viens de me faire tuer par les gardes du centre, cinq minutes avant un chien m’a bouffé la gorge mais ça va, la belle vie quoi. Mais qu’est ce que j’ai sérieux, c’est quoi tout ce bordel ? Pourquoi je suis toujours pas mort ? Bon premièrement ne pas inquiéter Soo. Je relève la tête vers elle lui sourit et lui dit que je vais bien. Je sais pas pourquoi je lui dis ça, elle sait très bien que je vais très mal. Elle par contre, les effets de l’alcool ont l’air de se dissiper, elle est moins pâle et plus sur terre, moins dans ces délires. Tant mieux.

Deuxièmement, comprendre c’est quoi les histoires. Pourquoi j’ai l’impression de me faire butter à chaque fois ? C'est les dieux qui s’amuse et me tuer et à me ressusciter pour voir à quoi ressemble la mort ? Peut être une idée de Soo, me faire tuer et me ressusciter pour que je sois plus fort mentalement face à la peur de perdre Misha, à la peur elle-même. Je deviens complètement con moi, c’est pas possible que ça soit Soo, elle a pas de pouvoir. Enfin je crois. En tout cas, si elle en a elle les caches bien. Bien envie de lui demander, mais bon pour passer pour un abruti finit, c’est le meilleur moyen.

Je sais pas pourquoi mais d’un coup elle change de sujet :

« Tu connais la fable des membres et l'estomac ? En gros, ça parle des membres qui travaillaient, s'épuisaient à la tâche même, et ce pour l'estomac, qui lui ne faisait rien. Alors, les membres ont décidé de se rebeller. Mais peu à peu ils se sont aperçus que sans l'estomac, ils dépérissaient, eux aussi... »


Mon attention se porte complètement sur le tribut du sept maintenant. Qu’est ce qu’elle veux dire par là. Que sans le capitole on est rien ? Mais euh, pourquoi elle dit ça d’ailleurs ? Pourquoi aborder ce sujet d’un coup. Ça fait parti de la thérapie ? J’ai du louper un épisode moi, c’est sûr. On parlait d’extériorisé et voilà qu’elle me parle qu’on dépens du capitole…. Y a un sens à ça ? Elle continue sur sa lancée :

« Tu penses que le Capitole est l'estomac, au début... Mais non, en fait. C'est les membres. Dans le sens où sans nous, ils ne survivraient pas. On n'y peut rien, nous deux, insignifiants tributs. Mais...j'espère sincèrement que les gens qui nous regardent y pourront quelque chose, eux. »

Putin mais c’est vrai ce qu’elle dit en plus. Elle est intelligente et philosophe en même temps. C’est vrai que quand on y pense sans les douzes districts ils ne sont rien. Sans les céréales du onze, ils ne peuvent pas manger de pain, sans la viande du district cinq, ils ne peuvent pas survivre. Et j’en passe pas mal. Si nous décidions tous d’arrêter de travailler tous en même temps, le capitole tomberait en moins d’une semaine. Je reste en admiration devant Soo et sont histoire, même si je sais toujours pas pourquoi elle raconte tous ça. C’est super risqué ici de parler de ce sujet, mais bon comme on va mourir, donc ça change pas grand-chose qu’on en parle.

Je sais pas trop quoi répondre, alors je regarde autour de moi, comme si on était surveillé. Je marche un peu sur le toit en me détendre. Je peux pas m’empêcher de repenser à ce que je viens de vivre depuis dix minutes. Le mieux c’est d’en parler avec Soo car c’est pas normal qu’elle est réagit aussi bizarrement :

« T’a vu tout à l’heure quand j’étais entouré de gardes et quand on m’a tiré deux balles ? T’a bien crié, non ? Je suis tout de même pas en train d’avoir des hal... »

Un déclic dans ma tête et je réalise enfin ce qui m’arrive. Des hallucinations…. Je suis en train halluciner…. Les chiens transgéniques avec leur maître, les gardes, c’était que mon imagination ? Je regarde fixement le sol en faisant des allers-retours d’un bout à l’autre du toit en tenant des propos incompréhensibles. Une hallucination, ça peut être visuel, auditif et même sensitif? Alors, les balles, les cris et les aboiements, et les perforations de mon corps, tout ça c’était virtuel ? Mais si c’est virtuel, est-ce que je suis dans la réalité là ? Comment je peux savoir si je suis bien dans le monde réel et pas dans un rêve ??? Soo ? Non pas possible si je lui demande elle va dire qu’on est dans le réel alors que c’est quand même un rêve…. Comment faire ?

Je me stop en réfléchissant toujours. Comment faire pour savoir si on est dans un rêve ou dans la réalité ? Comment ils font à la télé déjà ? Ah oui ils se pincent. J’essaye une fois, deux fois, rien. Je sens à peine la douleur. Pas le bon moyen. La pluie tombe toujours sans cesse. C’est assez chiant. La pluie !!! J’ai une idée !! Je m’avance vers Soo et lui demande si elle a un appareil avec une batterie ou des piles. Trop pressé d'essayer mon expérience, je n’attends pas sa réponse et prends un engin qui doit émettre du son à première vu, qui ressort à moitié de sa poche. Je l’ouvre et prends la batterie qu’il y à l’intérieur. Je tire de toutes mes force et réussis à l’ouvrir. En moins d’une seconde, les gouttes d’eau font sauter la batterie. Un fort courant électrique me traverse. Je tombe sur les genoux en me forçant à garder les yeux ouvert. L’appareil prend feu mais est très vite éteint par la pluie battante. La douleur dans tout mon corps est redoutable. C’est la réalité. Maintenant, y a plus de doute.

Reprenant tout mon souffle et retrouvant toutes les sensations de mon corps, je me relève en ramassant les débris de son appareil électronique. Je m’avance vers elle et arrivé à quelques pas, je lui tends ce qu’il reste et lui dis :

« Merci beaucoup et je suis désolé pour ton truc mais je devais absolument vérifier quelque chose. Demande ce que tu veux, je te dois un service… »

C’est un peu surprenant au début, surtout que je lui ai pris son appareil sans sa permission, mais maintenant que c’est fait je lui en dois bien une. Je sais pas comment elle va réagir mais j’espère qu’elle le fera vite avant qu’une autre hallucination survienne. D’ailleurs j’entends déjà quelque chose bouger derrière moi. Mais maintenant que je sais que c’est pas réel, je n’est aucune raison de m’inquiéter, quoi que.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Empty
MessageSujet: Re: Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]   Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrainment de choc.... Sous la flotte [Soo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» la remonte de la cavalerie sous l'empire
» Necron VS Flotte Imperial - 1500pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games :: Centre d'entrainement :: Etages :: Toît-
Sauter vers: